aide
RSS
mon panier
mon compte
les lettres d'information

Recherche avancée

 

Collection  : Critique de la politique, Klincksieck
Critique de la politique
Collection dirigée par Miguel Abensour

L'objet de la collection « Critique de la politique », dans ses différentes dimensions, est de mettre en lumière et d'approfondir l'opposition entre le politique et l’étatique.

Dans cette perspective, il conviendra d’explorer les différentes formes de rapport politique ou de lien politique autres que l’État, qui se tiennent à l’extérieur de l’État. Précieuse de ce point de vue est la distinction qu’inventa La Boétie, dans le Discours de la servitude volontaire, entre deux formes de totalité, soit le Tous Un ou l’État, soit la communauté politique des tous uns ou le Contr’Un .
Contre la restauration de la philosophie politique qui a donné naissance à une philosophie de la restauration, la collection « Critique de la politique » est déterminée à développer une philosophie politique critique. Trois questions la définissent :


1) La question de Spinoza, héritée de La Boétie : pourquoi les hommes combattent-ils pour leur servitude comme si c’était pour leur salut ? La question politique par excellence et destinée à rester telle.


2) Comment penser la constitution d’une philosophie politique critique ? « Critique de la politique » propose une articulation entre la critique de la domination, telle qu’elle fut pratiquée par la première théorie critique (Adorno , Horkheimer, Marcuse ) et la pensée de la politique , reprenant la formulation de Rousseau : « Tout tient radicalement à la politique. » Il ressort de cette articulation même que la politique, en tant qu’expérience de la liberté, se pratique et se pense nécessairement en rupture avec la domination.


3) À quelles conditions une politique de l’émancipation humaine est-elle possible ?

Il s’ensuit un double mouvement critico-utopique :


– une critique des nouvelles formes de domination mensongères et d’autant plus fallacieuses qu’elles prétendent se réclamer de la liberté et de la justice ;
– Le choix de l’utopie, car céder sur l’utopie c’est accepter l’ordre établi, « une sorte de complexe, d’unité infernale » (Adorno), « c’est céder sur l’inextinguible soif de justice et sur son exigence maintenant » (Françoise Proust).


Miguel Abensour

• 3 numéros par an
    retrier par titre

Product image
Géraldine Mulhmann
Du Journalisme en démocratie



Product image
Étienne Tassin
Le trésor perdu
Hannah Arendt, l'intelligence de l'action politique

Une variation philosophique sur l'idée et la défense du « bien public » dans la pensée politique d'Hannah Arendt.



Product image
Sophie Wahnich
La Révolution française n'est pas un mythe



Product image
Alexander Berkman
Le Mythe bolchevik
Journal 1920-1922

Histoire d'une désillusion.



Product image
Ernst Bloch
Héritage de ce temps

« Les chemins du monde effondré sont déchiffrables en diagonale. »



Product image
Louis Janover
La Révolution surréaliste

La meilleure histoire du surréalisme



Product image
Maximilien Rubel
Karl Marx
Essai de biographie intellectuelle



Product image
Giuseppe Pelli
Contre la peine de mort





 ©2017 klincksieck.com        Mentions légales       Conditions générales de vente       Liens        RSS      powered by GiantChair