aide
RSS
mon panier
mon compte
les lettres d'information

Recherche avancée

 

Histoire des idées sur le langage et les langues

Histoire des idées sur le langage et les langues




Résumé   |   Sommaire   |   Critiques   |   Fiche technique

Première partie. Les enjeux de la rétrospection
1. « Histoire des idées sur le langage et les langues » ou « histoire des théories linguistiques » ?
2. Que fait-on quand on fait de l'histoire des idées linguistiques ?
3. Comment fait-on de l'histoire des idées linguistiques ?
4. Quels usages peut-on faire de l'histoire des idées linguistiques ?
5. Quelles ont été historiquement les réceptions de la Grammaire Générale et Raisonnée ?
6. Quelles ont été historiquement les réceptions du Cours de Linguistique Générale de Saussure ?
7. Quel rapport l'histoire de la linguistique entretientelle avec l'épistémologie ?

Deuxième partie. La dimension anthropologique des savoirs sur la langue et le langage
8. Tous les hommes parlent mais pourquoi tous ne sont-ils pas grammairiens ou linguistes ?
9. Existe-t-il des conditions générales d'apparition des traditions grammaticales ?
10. En quoi consiste l'hypothèse technologique ?
11. Le seuil de l’écriture ?
12. Existe-t-il une « linguistique populaire » ?
13. Qu’est-ce qu’une représentation mythique du langage ?

Troisième partie. Naissance des problématiques
14.
Comment naît la réflexion sur le langage en Grèce ancienne ?
15. Que nous apprennent les textes de Platon sur les conceptions du langage dans la Grèce classique ?
16. Comment la grammaire s’est-elle séparée des disciplines connexes (rhétorique et dialectique) et en quoi est-elle liée à la philologie ?
17. Pourquoi nom et verbe en premier lieu ? Comment s’est constitué l’énoncé ?
18. Comment s’est développé le schéma des (autres) parties du discours ?
19. Comment les catégories linguistiques se sont-elles créées, puis développées, et comment ont-elles été nommées ?
20. Comment la grammaire a-t-elle commencé à Rome ?
21. Sous quelles formes se présentent les grammaires les plus anciennes de la tradition occidentale ?
22. En quoi les grammaires sont-elles des objets culturels singuliers ?
23. Comment analyser, apprendre et faire apprendre le matériau de la langue (phonétique et morphologie) ?
24. Y a-t-il eu une syntaxe dans l’Antiquité grécolatine ?
25. Comment les modèles syntaxiques se sont-ils développés ?

Quatrième partie. La description des langues du monde
26.
Comment la traduction/adaptation du Donat (grammaire latine du IVe siècle) en vint-elle à constituer l’atelier (la fabrique) des premières grammaires des vernaculaires ?
27. Comment les grammairiens ont-ils adapté les concepts de la tradition gréco-latine ?
28. Quels problèmes de description les grammairiens rencontrent-ils dans la mise en oeuvre de cet outillage conceptuel ?
29. Pourquoi a-t-on eu l’idée de décrire et de comparer les langues du monde ? comment s’y est-on pris ?
30. Comment les grammairiens appréhendent-ils le phénomène de la diversité des langues à partir de l’expérience des grands voyages de découverte et de l’entreprise coloniale ?
31. Pourquoi la description des langues du monde se développe-t-elle surtout à la Renaissance ?
32. Comment la description des langues s’articule-telle avec leur institution ?

Cinquième partie. Généralité / diversité / historicité
33.
Comment s’est posé le problème de la généralité ?
34. Qu’y a-t-il de général dans la théorie de l’énoncé à Port-Royal ?
35. Comment passe-t-on de la représentation de la structure logique de la proposition à une théorie syntaxique des fonctions ?
36. Qu’y a-t-il de général dans la théorie de la détermination à Port-Royal ?
37. L’école a-t-elle été un agent de disqualification de la grammaire générale ?
38. En quoi et dans quelles limites l’histoire comparée des langues est-elle la problématique privilégiée du XIXe siècle ?
39. Pourquoi l’apparition du terme « linguistique » est-il contemporain du développement de la grammaire historique et comparée ?
40. Quelles sont les grandes thématiques du siècle de la grammaire historique et comparée ?
41. Comment est-on passé du « mot » à la comparaison morphologique, puis aux lois phonétiques ?
42. Quels ont été les apports de la reconstruction ?
43. Dans quelle mesure et comment a-t-on renoncé à la question de l’origine du langage et des langues ?

Sixième partie. La constitution de la linguistique comme discipline
44. Que veut dire « général » dans linguistique générale ?
45. Comment et pourquoi apparaissent les projets de langues universelles ou internationales (type espéranto) ?
46. Comment le problème de l’identification de l’objet de la linguistique est-il posé chez Saussure ?
47. Comment la linguistique s’est-elle imposée comme matrice disciplinaire dans les sciences humaines ?
48. L’objet linguistique a-t-il gardé son unité ?

Conclusion
49. Étudier les outils et les théories linguistiques sur la longue durée est-il utile ?
50. L’historien des savoirs linguistiques doit-il être relativiste ?

Repères chronologiques
Ouvrages utilisés et instruments bibliographiques
Sources primaires
Bibliographie secondaire
Index sélectif des notions et des termes



 ©2014 klincksieck.com        Mentions légales       Conditions générales de vente       Liens        RSS      powered by GiantChair