aide
RSS
mon panier
mon compte
les lettres d'information

Recherche avancée

 

Études de linguistique appliquée - N°1/2014

Études de linguistique appliquée - N°1/2014

Dialogue et dialogisme dans les textes en classe : approches pluridisciplinaires




Résumé   |   Sommaire   |   Fiche technique

Alain Rabatel : Empathie, points de vue, méta-représentation et dimension cognitive du dialogisme
Résumé : Dans cet article, est dégagée l'importance du processus empathique, qui consiste à se mettre à la place des autres, à envisager leurs points de vue (PDV), aux plans psychologique, cognitif, méta-réflexif et linguistique. Ces PDV, envisageant ce que l'autre voit, dit, pense ou fait ont une dimension mé-ta-représentationnelle. De surcroît, la construction empathique (hétéro-dialogique) du point de vue des autres renseigne aussi sur le point de vue (auto-dialogique) de l’énonciateur premier à l’origine de la cons-truction empathique du PDV des énonciateurs seconds. Cette réflexivité confirme, au plan discursif, que la compréhension des autres aide à la compréhension de soi, tant au plan cognitif qu’au plan relationnel.


Julien Longhi : Nature et degrés du dialogisme dans la compréhension des textes : contribution sémanti-co-discursive à l’analyse de l’hétérogénéité textuelle
Résumé : En croisant des analyses empiriques et des considérations théoriques, cet article tente de dégager différentes dimensions du dialogisme, que nous pouvons unifier dans un même mouvement d’analyse. Ce faisant, et en proposant un cadrage théorique, nous proposons une saisie sémantico-discursive qui intègre, peut-être avec un apparent paradoxe, une prise en compte énonciative et textuelle. Nous pouvons ainsi articuler les processus énonciatifs qui constituent traditionnellement la prise en compte du dialogisme, avec les contraintes discursives et textuelles de son apparition, en particulier avec le niveau des genres de discours.


Catherine Boré : Dialogisme, discours intérieur, écriture en classe
Résumé : La présentation est en deux parties. La première montre les affinités existant entre dialogisme et discours intérieur, ce qui amène à confronter les conceptions de Vygotski, Bakhtine et Volochinov à propos de la genèse de la pensée, et leur « traduction » linguistique dans les derniers cours inédits de Benveniste. La deuxième poursuit l’analyse à partir d’une séquence en classe d’écriture collaborative mêlant oral et écrit ; on montre alors comment différentes formes de reprise dialogique, orales et écrites, matérialisation du discours intérieur, permettent d’expliquer la naissance du texte.

Véronique Bourhis : Voix du maître, voix de l’élève : un dialogisme interlocutif
Résumé : Indépendamment du discours et de la gestion verbale de l’objet de savoir, nous étudions, dans la relation asymétrique maître-élève, les paramètres paraverbaux, c’est-à-dire la prosodie des locuteurs. Nous montrons le lien entre les stratégies prosodiques et la prise en compte de l’interlocuteur, notamment dans la manière dont le locuteur anticipe la pensée de l’autre, cette réponse imaginée influençant en retour son discours et celui de l’interlocuteur.
Outre les travaux fondateurs de Bakhtine (1978), nous nous appuyons sur les travaux relatifs à l’intonation et promoteurs de cette posture épistémologique en termes de construction de significations, notamment ceux de Morel et Danon-Boileau (1998) et proposons l’analyse d’un corpus en situation scolaire (école maternelle) qui permet de mettre en évidence au plan de la prosodie une dynamique de production conjointe de configurations.


Catherine Delarue-Breton : Dialogue scolaire, dialogisme et événements d’énonciation : malentendus et in-entendus au sein de la classe
Résumé : Au-delà de l’hétérogénéité constitutive du discours en général, le dialogue scolaire présente un enchevêtrement de voix qui lui est propre, qui fait à la fois sa force et sa faiblesse. Nous abordons ici quelques-uns des traits qui le caractérisent, et qui permettent de mieux identifier les formes de dialogisme qui lui sont inhérentes et les lieux d’opacité susceptibles de faire obstacle à son intelligibilité. Notre approche pose la question de ce qui peut faire événement dans la classe, que cet événement soit mis en scène par l’enseignant, ou qu’il jaillisse des propos d’élèves.


Sébastien Pesce : Rhétorique du dialogisme : épistémologie, éthique et organisation de l’interaction dialo-gique dans la classe
Résumé : Recourir à la notion de dialogisme, et non simplement de dialogue ou d’expérience dialogique, c’est s’inscrire dans la tradition d’une certaine lecture de ce que sont la pensée humaine, les conditions d’émergence de l’esprit, de la connaissance et de la structure sociale. C’est notamment à la lumière du courant pragmatique et de la rhétorique spéculative peircienne que je propose d’envisager cette notion.


Luc Dall’Armellina : Jeux dialogiques & dialogique du jeu : éléments pour une esthétique de l’altérité,
Résumé : L’approche interdisciplinaire proposée par Catherine Boré montrera qu’il existe entre sciences du langage, arts narratifs et praxis pédagogique, des territoires de jeux qui valent d’être pratiqués et interrogés, en classe et dans les textes. C’est ce que se propose de faire cette contribution, située entre esthétique des arts numériques et sciences de l’information et de la communication en prenant appui sur trois dispositifs numériques expérimentaux de lecture-écriture.



Nous vous suggérons aussi

autres titres de la revue
Études de linguistique appliquée






 ©2018 klincksieck.com        Mentions légales       Conditions générales de vente       Liens        RSS      powered by GiantChair