aide
RSS
mon panier
mon compte
les lettres d'information

Recherche avancée

 

Entendre le cinéma

Entendre le cinéma




Résumé   |   Sommaire   |   Fiche technique

I. Image sonore ou faculté imageante ?
1. Si l'image peut émerger en nous, le son ne pourrait-il en être la source ?
2. En quoi l'écoute constitue-t-elle le fondement de notre vision et le référent de notre être au monde ?
3. La force du sonore se tient-elle du côté de la peur ?
4. Pourquoi préfère-t-on le commentaire d'un événement à l’enregistrement sonore de l’événement lui-même ?
5. Qu’est-ce que la matérialité sonore et quelle place le son tient-il dans la sphère artistique ?
6. Par quels liens image sonore et image visuelle s’unissent-elles ?
7. Quelle différence entre les modes de représentation sonore et visuel ?
II. Étant donné le cinéma : la part sonore
8. Pourquoi le son, lieu de créativité, est-il délaissé ?
9. Peut-on se contenter de la part technique du son ?
10. Qu’a produit l’arrivée des techniques numériques sur la procédure sonore ?
11. Pourquoi faut-il cesser de parler de design sonore ?
12. Comment « faire voir » le son et maintenir le sonore à la conscience de chacun ?
13. Comment pouvons-nous perdre conscience que nous écoutons ?
14. Les sentiments de durée d’écoute ou de vision sont-ils les mêmes ?
15. Pourquoi les sons sont-ils rarement plus courts que les plans auxquels ils se rapportent ?
16. Peut-on parler de hors champ concernant le son ?
17. Que faut-il entendre dans l’idée de seuil ?
18. Pourquoi s’imposer le synchronisme ?
19. Comment désobéir à la loi du synchronisme ?
20. Qu’implique l’idée de territoire sonore ?
21. Comment concevoir préalablement le son d’un film alors qu’il évoluera tout au long du processus de construction ?
22. Et si la méthode s’inventait au cas par cas ?
23. Comment reconstruire le son pour l’image ?
24. Comment la mise en espace du son répond-elle à l’économie de sa distribution ?
25. La découverte du sonore du monde adviendra-telle un jour ?
26. Comment organiser la perte de l’excès de matière prélevée par le micro ?
27. Écouter serait-il choisir ?
28. Comment choisir les sons directs ?
29. Faut-il prendre le son en fonction de la vision ou bien de l’audition ?
30. Faut-il mettre en scène le son ?
31. Si, pour le public, le son n’est que technique et outils, pourquoi n’a-t-on toujours pas écrit une histoire des techniques sonores ?
32. Jusqu’où peut-on jouer les sons ?
33. Pourquoi faut-il faire confiance aux sons ?
34. De quoi est constitué le territoire des bruits et comment la présence d’un continuum distinguet- elle les écritures selon Lumière ou selon Méliès ?
III. Les territoires dissociés
35. Le territoire des sons 1 : Comment certains films éclaircis se singularisent-ils uniquement par leurs bruits, hors paroles et musiques ?
36. Le territoire des sons 2 : Comment certains films se singularisent-ils par la nature et la place de leurs bruits, malgré paroles et musiques ?
37. Le territoire des voix – La voix off : Comment s’effectue la perte ?
38. Le territoire des voix – La lecture : Comment conserver la fraîcheur de l’oralité ?
39. Le territoire des voix : Des voix synchrones ou pas ?
40. Le Territoire des musiques : Quelle place leur attribuer ?
41. Comment le cinéma peut-il franchir le mur du son musical ?
42. Compte rendu d’expérience. Mettre en scène la musique de film ?
IV. La reconstruction sonore
43. Le mixage, moment de révélation ?
44. Comment apprendre à écouter ?
45. Comment le geste s’inscrit-il dans l’écoute ?
46. Question de rythme ou question d’énergie des flux ?
V. Les territoires assemblés
47. Que nous donnent à entendre les territoires assemblés ?
48. Par quelles libertés quelques trop rares oeuvres s’en sortent-elles ?
49. En quoi le cinéma de Van der Keuken constituet-il une exception ?
50. Pourquoi le son ferait-il entendre ce que l’image ne veut pas montrer ?

Bibliographie
Index des noms



 ©2017 klincksieck.com        Mentions légales       Conditions générales de vente       Liens        RSS      powered by GiantChair