Stendhal ou la dictée du bonheur

Paroles, échos et écritures dans La Chartreuse de Parme

Stendhal ou la dictée du bonheur

Livre expédié sous 24h ouvrées
Pour retrouver vos livres favoris

Présentation

La fascination qu'exerce La Chartreuse de Parme repose en partie sur un paradoxe : le roman est trop long et trop complexe pour être jamais totalement possédé. Chaque lecture est une redécouverte : on le lit en quelque sorte pour la première fois avec la fraîcheur d'impressions neuves.
Le « lecteur bénévole » est récompensé au centuple de l'adhésion profonde que réclame l'œuvre : il ressent un extrême bonheur, sans toujours savoir en quoi il réside.
Ce rapport privilégié du lecteur à La Chartreuse de Parme, est-il suggéré, tient à ce que s'y entend constamment le son d'une voix : parce que l'œuvre a été dictée ; parce que le narrateur fait sans cesse parler les personnages, relate leurs dialogues et leurs monologues intérieurs ; parce que la voix suscite la voix et que, de génération en génération, se poursuit le dialogue de l'auteur et de son lecteur.
On trouvera ici une magistrale explication de texte qui se penche sur l'architecture de l'œuvre et le timbre si particulier de cette voix enchanteresse.

Biographies Contributeurs

Béatrice DIDIER

Professeur de littérature française à l' Ecole normale supérieure, Paris (en 1994). Directrice de la revue "Corps écrit" (1982-1991). Dirige les collections "Ecriture" et Ecrivains" aux Presses universitaires de France (en 1994).Spécialiste reconnue des Lumières et du romantisme..