Rabelais restitué. III - Tiers Livre

Tome 1 : du prologue au chapitre XXVIII

Rabelais restitué. III - Tiers Livre
  • 630 pages
  • Livre broché
  • 15.5 x 23.5 cm
  • Parution :
  • CLIL : 3080
  • EAN13 : 9782864602095
  • Code distributeur : 16019
  • Export ONIX 3.0

Livre expédié sous 24h ouvrées
Pour retrouver vos livres favoris

Présentation

En 1979 paraissait le premier volume du Rabelais Restitué : l'étude consacrée au Pantagruel ; en 1985, le tome 1 (du prologue au chapitre XXIV) et en 1990 le tome 2 (du chapitre XXV à la fin) de l'étude consacrée au Tiers Livre, il est donc connu des Rabelaisants que Marc Berlioz a l'audace insensée de s'opposer ouvertement aux glossateurs qui enferment Rabelais dans une interprétation édifiée à la mesure de leur incuriosité, de leur incompétence ou de leurs préjugés, ces glossateurs fussent-ils considérés comme les plus éminents. Il s'oppose à eux sans retenue et sans les euphémismes d'usage, riant de leurs bévues non pas parce que ce sont des bévues (il en commet aussi) mais parce qu'elles sont énoncées d'un ton péremptoire ; d'où les traditionnelles petites représailles couillonniformes, parfaitement vaines.

Car l'important reste pour lui qu'on reconsidère, qu'on réexamine encore et encore un texte que l'on croit avoir si bien et si totalement compris que certains n'hésitent pas, en fin de carrière surtout, à produire des vues d'ensemble, des Rabelais, des François Rabelais qui ne font que reprendre les erreurs d'interprétation les mieux mitonnées sans laisser place à la moindre remise en question.

Or cette présente étude du Tiers Livre le démontre une fois de plus : à chaque chapitre se révèlent des intentions de Rabelais souvent fort éloignées de celles qu'on tient pour intangibles attendu qu'elles sont celles de la vue conventionnelle qui tire, comme on sait, toute son autorité de l'inlassable répétition. Marc Berlioz n'a cure de la convention ; il réinterprète, dégageant l'intention qui lui paraît la plus plausible, la mieux fondée, sans toutefois prétendre rien donner qui soit définitif, incitant au contraire chacun à vérifier, juger, discuter, reprenant fréquemment à son compte la formule qu'emploie Panurge : Cela, sauf meilleur jugement, toujours.

Comme les précédentes, cette étude du Tiers Livre montre à l'évidence que l'on a grand tort, d'abord de tenir pour figée la compréhension du texte de Rabelais ; ensuite de prendre pour guide tel mandarin qui donne ses propres limites à la compréhension de ce texte, limites dans lesquelles reste servilement chacun des sous-mandarins qu'il régit. C'est à une libre découverte, à une réflexion personnelle, éventuellement à un prolongement, voire à une contestation que Marc Berlioz convie son lecteur.