Andromède ou le héros à l'épreuve de la beauté

Texte établi par : Alain LAFRAMBOISE, MUSÉE DU LOUVRE SERVICE CULTUREL PARIS, Françoise SIGURET

Livre expédié sous 24h ouvrées
Pour retrouver vos livres favoris

Présentation

Persée décapite Méduse puis il découvre du haut du ciel Andromède liée à un rocher ; séduit dès le premier regard, il plonge, tue le monstre prêt à la dévorer et la délivre. Cet épisode des Métamorphoses d'Ovide n'a cessé, aux XVIe et XVIIe siècles, d'inspirer les artistes italiens, français, hollandais : toute l'Europe s'empare du thème qui sert aussi d'argument à de nombreux spectacles à machines (théâtre, opéra naissant, feux d'artifice) comme à l'allégorie morale et politique que l'on voit paraître dans les fêtes d'Entrées royales et dans la propagande qui oppose catholiques et protestants. La voûte céleste elle-même n'échappe pas à la représentation de la belle captive.

Persée ne devient un héros que par une mise à l'épreuve qui le conduit de l'horreur à la beauté désirable. Or, cette idée de la beauté nue, charnelle ou allégorique, conduit aussi le travail de l'artiste et force le spectateur à s'interroger sur la signification de la fable et de ce qu'elle donne à voir. Les Actes de ce colloque rendent compte des problèmes que posent une thématique et une iconographie exceptionnellement riches et vivantes et ils marquent la collaboration étroite qui a uni l'université de Montréal et le musée du Louvre pour l'organisation de cette rencontre internationale.

Biographies Contributeurs

Françoise SIGURET

Professeur titulaire à l'Université de Montréal et co-directrice du Projet Andromède qui s'attache à l'étude pluridisciplinaire de la représentation d'un thème ovidien, systématiquement exploité en Europe entre 1550 et 1650. Ses travaux portent essentiellement sur la rhétorique du texte et de l'image dans la première moitié du XVIIe siècle.