Mélancolies

Livre d'images

Mélancolies

Livre expédié sous 24h ouvrées
Pour retrouver vos livres favoris

Présentation

Lorsqu'il grave en 1514 l'ange de la Mélancolie soutenant sa tête de sa main, Albrecht Dürer donne du caractère mélancolique la plus belle définition graphique. Ainsi fixée par son chef-d'œuvre, l'attitude de l'ange apparaît de façon récurrente dans l'art, jusqu'à l'époque contemporaine.

Maxime Préaud propose aux amateurs de curiosités un vagabondage d'image en nuage qui permet d'élargir et de préciser ce qu'est pour les artistes occidentaux, entre Dürer et Goya, l'idée de mélancolie.

Presse

"Qui voudrait "regarder" la mélancolie parcourra Mélancolies de Maxime Préaud : Il propose un "vagabondage" à travers les "images" où Dieux, diables et saints, femmes pensives et hommes pétrifiés, soutenant toujours leur tête de la main, expriment la "mort mélancolique", l' '"amour mélancolique", l' '"art mélancolique".
Libération - 08/12/2005

"Il s'agit, pour l'auteur, de montrer que ce geste figuré par Dürer, et par d'innombrables autres artistes - la main soutenant la tête - renvoie toujours, d'une manière ou d'une autre, à la mélancolie. La dernière image du livre est celle de Picasso photographié par Man Ray en 1931. Et justement, l'artiste soutient sa tête avec sa paume, Il ne sourit pas. Son regard est intense, reflet de sa puissance, foyer de son génie créateur. Et cependant, malgré l'intensité, ce regard est habité par la mélancolie, comme perdu." P.K.
Le Monde - 28/10/2005

"Aristote a posé une célèbre question : "pourquoi tous ceux qui furent exceptionnels en philosophie, en politique, en poésie ou dans les arts, étaient de toute évidence mélancoliques ?" Plus que les médecins, ce sont les artistes que la mélancolie n'a cessé de hanter ; les peintres et les graveurs, dont Maxime Préaud a réuni une belle collection d'images." Sébastien LAPAQUE
Le Figaro - 13/10/2005

"Ce livre est précieux en ce sens qu'il élargit considérablement le panel des représentations de la mélancolie... Autre qualité de ce livre : il n'est pas didactique et propose au contraire selon son auteur "un amas, un tas d'image où vous auriez fouillé à votre gré". Et, effectivement, le livre est ainsi fait qu'il nous prend d'en parcourir les pages, sans grand ordre, de façon presque nonchalante, dans une attitude pour ainsi dire... mélancolique."
Elegy dec05/jan06

Biographies Contributeurs

Maxime PRÉAUD

Archiviste paléographe. Conservateur en chef à la Bibliothèque nationale de France, Réserve du Département des Estampes (1995).