Le Jazz et l'Occident

Le Jazz et l'Occident
English version

Livre expédié sous 24h ouvrées
Pour retrouver vos livres favoris

Présentation

Pourquoi la philosophie s'est-elle si souvent satisfaite au mieux de méconnaître le jazz et, au pire, de le mésentendre (Adorno) ?
L'une des réponses serait que l'irruption du jazz, au début du XXe siècle, réimporte des valeurs – oralité, imitation, priorité du corps sur le signe, unité du sens et de la voix – que l'Occident s'est efforcé de congédier dès l'origine de la philosophie occidentale.
Deux mille cinq cents ans plus tard, après une lente maturation au sein de la communauté afro-américaine, le jazz consacre des thèmes esthétiques et ontologiques auxquels les nouvelles techniques de communication et de diffusion assurent un retentissement planétaire.

Presse

"Christian Béthune jette ici les prolégomènes de ce qui pourrait devenir une nouvelle esthétique. Celle de notre temps." Nicolas Béniès
US Mag, Livres/Revues

Christian Béthune reprend à son compte les formulations d'Adorno pour les retourner comme un gant. Il en tire un éclairage du jazz et de ses origines qui arrache le genre au tout venant de la culture de masse. Des work songs au rap, en passant par le jazz, l'auteur restitue toute sa cohérence à la musique afro-américaine en devenir.
Jazz Magazine - septembre 2008

Accéder au contenu

Biographies Contributeurs

Christian BÉTHUNE

Titulaire d'un doctorat de philosophie et d'une habilitation en art, Christian Béthune a publié de nombreux ouvrages et articles centrés autour du jazz et de la culture afro-américaine. Il enseigne la philosophie en lycée dans l'Académie de Clermont-Ferrand. Il a notamment publié Adorno et le jazz. Analyse d'un déni esthétique (Klincksieck, 2003), Pour une esthétique du rap (« 50 questions », Klincksieck, 2004) et Le Rap (Autrement, 2003).

Consulter la table des matières

Avant-proposIntroduction

Première partie : La mise en place du champ jazzistique

Chapitre premier : L'éclectisme comme médiation de l'humainL'origine éclatéeLes mutationsL'éclectisme emboîtéL'éclectisme réhabilitéChapitre 2 : Du sacré au profaneLa religion en porte-à-fauxLe travail du gospelChapitre 3 : Minstrelsy
Chapitre 4 : L'âge du jazz« Miscegenation »L'inégale égalitéRéseaux
Chapitre 5 : Le jazz et son bruit : l'impact du jazz à son arrivée en Europe
La musique et le bruitChapitre 6 : CinémaDestins parallèles et divergencesUne O.P.A. sur le jazz?Cinéma et improvisationChapitre 7 : De l'implicite à l'expliciteLe bruit du masqueDu blues au rap

Deuxième partie : une nouvelle ontologie

Chapitre premier : Communauté mimétique et improvisationCorps mimétique et oralitéL'improvisation désacraliséeChapitre 2 : Le jazz comme oralité secondeIntroductionAmbiguïté de la notion d'oralitéLa fausse alternativeQu'est-ce qu'une forme orale?Le jazz comme mimétique sonoreIdéal du moi et surmoi de lettréLe malentendu de l'improvisationL'emboîtement mimétique du jazzConclusionChapitre 3 : Interlocution
Les deux modes de figurations des œuvresOriginesMise en œuvre de l'interlocution dans le jazzL'espace d'interlocutionLa tradition comme lieu de l'interlocution créatriceEspace agonistiqueConclusionChapitre 4 : Le jazz et le tempsLe temps cycliqueLa temporalité construite de la musique sérieuse occidentaleLe temps partagéL'exemple lestérienLe temps du swingCondensation dilatationChapitre 5 : Désir et métabolismeL'éros comme obstacle épistémologiqueLe métabolisme au travailLa cuisine du bluesL'écart tragique
Chapitre 6 : Une philosophie « audiotactile » : à propos de la danse et du swing
« The Shout »
Un syncrétisme corporel
Le céleste et le terrestre; la hauteur et la largeur
L'accointance avec le sol
L'horizontalité
La matérialisation du regard
Danse et travail, amusement, loisir
La danse n'est instrumentée ni par la musique ni par la chorégraphie
Conclusion

Conclusion : Le malentendu fertile ou l'Occident « signifié » 

Bibliographie