Du Printemps de Prague à la chute du Mur de Berlin

Photographie & politique

Du Printemps de Prague à la chute du Mur de Berlin

Livre expédié sous 24h ouvrées
Pour retrouver vos livres favoris

Présentation

La photographie est-elle l'effet ou la cause, le symptôme ou l'outil de la politique ?
À cet égard, les photos d'Europe centrale, que l'on appelait alors « Europe de l'Est », sont riches en enseignements, notamment celles faites du Printemps de Prague (1968) à la chute du Mur de Berlin (1989) : on y découvre un monde ou du moins ses représentations.
Photos visant l'art et photos relevant du sans-art, de l'information ou de la vie quotidienne : œuvres photographiques ou simples images — mais une image peut-elle être simple ?
Il en va de la politique, de l'histoire et de la société, de la représentation, de l'information et de la critique, de l'imaginaire, de la beauté et de l'art. Et ce qui s'y montre et ne se montre pas, ce qui s'y voit et ne s'y voit pas, ce qui s'y pense et ne s'y pense pas est exemplaire de ce qui concerne tous les hommes et toutes les sociétés : comment produire des images qui interrogent le monde, la société et la politique ? comment recevoir de façon active et instructive, critique et méditative des images de, pour et contre l'histoire ?
Nous devons penser ces problèmes grâce à ces images.

Presse

Voici analysé l'art de la photographie, au cœur de cette période tourmentée que vécut l'Europe de l'Est de 1968 à 1989. Une étude magistrale.
Le Figaro - Hors série (novembre 2009)

Biographies Contributeurs

Gilles ROUET

Gilles Rouet est professeur de sciences de l'éducation à l'université de Reims-Champagne-Ardenne et d'études européennes à l'université Matej Bel de Banska Bystrica (Slovaquie). Il est membre de l'équipe « Mouvements internationaux et gouvernance ».

François SOULAGES

François Soulages est professeur à l'université Paris 8. Il est responsable de l'équipe de recherche « Art des Images et Art Contemporain », de RETINA (Recherches esthétiques et théorétiques sur les images nouvelles et anciennes), du Collège iconique (INA) et des Dialogues de la Maison européenne de la Photographie.

Consulter la table des matières

Introduction. Censure et usages de la photographie, par Gilles Rouet

Ouverture. Du Printemps de Prague à la Révolution de velours. Contexte slovaque, par Camille Brabenec
1er moment. Œuvres photographiques
Chapitre 1 : Emil Gallo et Ladislav Bielik, le 21 août 1968, par Gilles Rouet
Chapitre 2 : Photographie et engagement : diffusion et réception. À partir de Bielik, par Julien Verhaeghe
Chapitre 3 : L'évènement photographique, Josef Koudelka, par Marc Tamisier
Chapitre 4 : L'humanisme : principe de la vie et de l'œuvre du photographe Martin Martincek, par Martin Kratochvil
Chapitre 5 : Igor Grossmann, un photographe slovaque, par Philippe Sanguinetti
Chapitre 6 : Images lointaines de corps silencieux. Ou hommage à Jindrich Streit, par François Soulages

2e moment. Images & arts
Chapitre 7 : Le corps matérialisé et dématérialisé dans l'art-performance slovaque des années 1970 et 1980, par Zora Rusinová
Chapitre 8 : Le corps de l'artiste, métaphore dans une société claustrophobe. Les corps d'artistes dans la photographie hongroise, 1970-1980, par János Sturcz
Chapitre 9 : De l'absurde au jeu des symboles, la photographie polonaise des années 1980, par Daniel Podosek
Chapitre 10 : De 1968 à 1989, une pause dans la photographie du sacré en Slovaquie ?, par Philippe Sanguinetti
Chapitre 11 : La photographie et le politique. Stratégies de sélection des photographes sous le régime autoritaire, par Michaela Fišerová
Chapitre 12 : Le temps perdu ? Slovaquie 1969-1989 à travers la photographie documentaire, par Jana Geržova
Chronologie. La photographie slovaque, par Philippe Sanguinetti

Conclusion. Esthétiques 1 & 2 et politiques 1 & 2, par François Soulages