Le Péplum, un mauvais genre

Le Péplum, un mauvais genre
  • 192 pages
  • Livre broché
  • 13.5 x 21 cm
  • 50 questions
  • Parution :
  • CLIL : 3080
  • EAN13 : 9782252037386
  • Code distributeur : 35658
  • Export ONIX 3.0
English version

Livre broché 19,00 € Temporairement indisponible. Être prévenu de la disponibilité ?
Pour retrouver vos livres favoris

Présentation

Le péplum est un cinéma de mauvais genre.
Il raconte des histoires qui se déroulent en des temps mythiques ou lointains. Il chante les exploits de héros bodybuildés et d'héroïnes chastement dévêtues !
Genre populaire et familial, il est obligé de tortiller de la caméra pour raconter les amours bibliques, les orgies romaines, les empereurs fous et les impératrices lubriques — sans choquer personne mais quand même.
Et pourtant, souvent faits avec trois francs six sous, tournés à la va-vite dans des décors de carton-pâte, troussant la muse de l'Histoire pour en montrer les dessous affriolants, ces films révèlent une autre Antiquité, sortie des manuels poussiéreux. Une Antiquité en technicolor et en relief, une Antiquité doublement vivante : à la fois parce qu'elle illustre nos fantasmes et parce qu'en voulant raconter le passé, elle nous parle en fait du présent.

Presse

Ce voyage en cinquante questions dans un genre cinématographique particulier a de quoi passionner. Une réussite.
Rivarol - 12/02/2010

En répondant à 50 questions, Claude Aziza, spécialiste de la réception de l'Antiquité dans la littérature et au cinéma, explore les facettes d'un genre trop vite catalogué en raison des clichés qui le peuplent parfois.
Les dossiers d'Archéologie N°337

Belle antiphrase que le titre du dernier ouvrage de Claude Aziza. L'auteur nous invite certes à venir nous encanailler au contact de gladiateurs body-buildés et d'hétaïres lascives, mais il montre, dans un livre drôle et savant, tout l'intérêt du péplum pour le cinéphile et l'historien.
L'Histoire - Février 2010

Malgré quelques éclipses, le péplum (« mauvais genre » s'il en est, dixit Claude Aziza dans son éclairant ouvrage chez Klincksieck) n'a jamais cessé d'avoir le vent en poupe.
Le Figaro - 18/12/2009

Claude Aziza est vraiment l'arpenteur d'un genre : il en relève toutes les dimensions, politiques ou parodiques, religieuses ou pédagogiques.
Le Soir - 11/12/2009

Ce petit livre écrit de manière légère, se veut en adéquation avec le genre populaire et familial qu'est le péplum.
Cahiers du Cinéma - décembre 2009

Latiniste érudit, mais héraut de la culture populaire, Claude Aziza publie Le Péplum, un mauvais genre, qui traite en 50 questions de ces films parfois beaux comme l'antique, et qu'il adore. Le péplum est-il pudibond, est-il misogyne ? Y-a-t-il des péplums comiques ? Jésus est-il un sujet de péplum ? Vous saurez tout cela et beaucoup d'autres choses grâce à la science d'Aziza qui se pare de gaieté, d'esprit et démontre au passage que le calembour lui-même est vieux comme mes robes, pour reprendre le mot fameux de Salomé.
TéléObs - 12/18 décembre 2009

Claude Aziza a orienté ses recherches sur la réception de l'Antiquité dans la littérature, le cinéma, la bande dessinée. Personne n'était plus habilité que lui pour écrire cette étude (aussi bien documentée qu'humoristique) qu'accueille l'excellente collection 50 Questions.
La Libre Belgique - 30/11/2009

Ce « mauvais genre », auquel Claude Aziza consacre un essai amusant et bien documenté, n'attire plus que les collectionneurs. Pourtant, à distance, ces kyrielles de films montrent, de façon grossière mais claire, à quel point la représentation de l'Antiquité dépend du prisme du présent.
Le Monde - 27/11/2009

Grâce à ce livre enjoué et un tantinet nostalgique, l'avenir du péplum étant sans doute derrière lui, c'est tout un Cinéma Paradiso qui revit, avec aux bobines un universitaire buissonnier.
LivresHebdo - 06/11/2009

Biographies Contributeurs

Claude AZIZA

Maître de conférence honoraire de langue et littérature latines à la Sorbonne nouvelle (Paris III),
Claude Aziza a notamment publié aux Belles Lettres, d'Alexandre Dumas : Isaac Laquedem (2005) ;
Mémoires d'Horace (2006) et, de E. G. Bulwer-Lytton, Les Derniers Jours de Pompéi (2007) ; ainsi que le Guide de l'Antiquité imaginaire (2008). Il est également l'auteur du Péplum, un mauvais genre (2009) dans la collection « 50 questions ».

Consulter la table des matières

1. Que signifie le mot péplum ?
2. Merci, vous avez été très clair. Mais pourquoi le mot péplum pour désigner un genre cinématographique ? Le trouve-t-on dès les origines du cinéma ?
3. Comment expliquer qu'un simple attribut vestimentaire puisse délimiter un genre ? Est-ce habituel ?
4. J'ai bien compris. Mais l'Antiquité, c'est vaste, non ?
5. Entendu. Mais, dans cette Antiquité, est-ce qu'il y a des époques privilégiées ?
6. Et d'autres moins souvent illustrées ou tout simplement ignorées ?
7. Donc, il s'agit de l'Antiquité classique. Celle qu'on étudie en faisant ce qu'on nommait autrefois ses « Humanités » ?
8. Peut-on quand même imaginer des péplums turcs, indiens, chinois, que sais-je encore ?
9. Mais vous ne nous avez toujours pas dit pourquoi c'est un vêtement féminin qui qualifie un genre apparemment très viril ?
10. Le corps est-il donc ainsi toujours mis en valeur ?
11. Mais vous n'avez parlé que du corps masculin. Et le corps féminin ?
12. Je ne comprends pas. Après toutes ces horreurs vous nous dites que le péplum est un genre pudibond. Pourriez-vous être plus clair ?
13. Existe-t-il quand même des péplums vraiment pornographiques ?
14. Ouvertement homosexuels ?
15. Le péplum ne serait-il pas misogyne, par hasard ?
16. Mais pourquoi un tel désir de moralité ?
17. C'est donc la même chose que dans la littérature populaire. A-t-elle inspiré le péplum ?
18. Le péplum puise-t-il, dès sa naissance, dans les sujets antiques dont s'est nourri l'opéra ?
19. Cherche-t-il aussi son inspiration dans la peinture ? Laquelle ?
20. Est-il influencé par le mystère médiéval ? La tragédie classique ? Le drame romantique ? Le roman ?
21. Pourquoi spécialement par le roman historique ?
22. Mais quels sont donc les liens du péplum avec l'Histoire ?
23. Et avec l'archéologie ?
24. Trouve-t-on dans le péplum des allusions à la société contemporaine ?
25. Est-il politiquement engagé, comme l'est souvent le western italien ?
26. A-t-il eu des réalisateurs ou des scénaristes militants ?
27. Peut-on alors imaginer un péplum réalisé par Charlie Chaplin ?
28. Y a-t-il des péplums comiques ? Parodiques ?
29. Jésus est-il un sujet de péplum ? Et Dieu ?
30. Comment sont représentés les chrétiens des premiers siècles ?
31. Et les Juifs en général ?
32. Le péplum a-t-il le même regard sur la Bible que sur la mythologie gréco-latine ?
33. Quelle différence entre les exploits d'Hercule, ceux de Samson et ceux de Maciste ?
34. Le péplum a-t-il vocation pédagogique ? À quelle époque ? Dans quels pays ?
35. Quelles sont les périodes de Rome qu'il a le plus illustrées ?
36. Mais pourquoi s'est-il davantage intéressé à l'Empire romain ?
36. Quels sont les personnages de la Rome antique qu'il a le plus souvent mis en images ?
37. Quelle est la femme antique la plus célébrée dans le péplum ? Pourquoi ?
38. Quels sont les grands moments du péplum ?
39. Trouve-t-on des vampires dans des péplums ? Des extraterrestres ? Des monstres ? Des zoophiles ?
40. Y a-t-il des péplums traités en westerns ? Ou des westerns qui reprennent des sujets de péplum ?
41. Et pour la comédie musicale ?
42. Quels sont les liens du péplum avec le film policier ?
43. L'amateur de péplums dispose-t-il de codes qui lui permettent immédiatement de deviner la nature des personnages ?
44. Le péplum a-t-il inspiré la publicité ? La chanson ?
45. Qui se soucie le plus de vérité historique ? Le cinéma ou la télévision ?
46. Qu'est-ce ce qui est le plus difficile à montrer avec exactitude ? Les décors ? Les costumes ? Les moeurs antiques ?
47. Le péplum a-t-il inspiré des films à grand spectacle et à budget astronomique ? Lesquels ?
48. A-t-on une idée du nombre de péplums tournés depuis 1896 ? De la répartition entre le muet et le parlant ? Dans quels pays ?
49. Et aujourd'hui, le genre est-il toujours à l'honneur ?
50. Le péplum a-t-il un avenir ?