Revue de philologie, de littérature et d'histoire anciennes volume 83

Fascicule 1

Revue de philologie, de littérature et d'histoire anciennes volume 83

Livre expédié sous 24h ouvrées
Pour retrouver vos livres favoris

Présentation

Francesca Prometea BARONE, Pour une édition critique de la Synopsis Scripturae Sacrae du Pseudo-Jean Chrysostome
La Synopsis Scripturae Sacrae du Pseudo-Chrysostome (PG, 56, 313-386) constitue un document fondamental pour l'histoire de la formation et de la composition du canon biblique dans les premiers siècles chrétiens, car il se présente comme la plus ancienne collection de résumés de livres bibliques. Néanmoins, pour évaluer correctement la valeur historique de cette œuvre, il est nécessaire de résoudre deux problèmes critiques qui la caractérisent : la détermination de l'extension du texte (le texte publié dans la PG constitue le résultat hybride d'une combinaison acritique de sources distantes les unes des autres) ; le rapport de cette Synopsis avec une autre Synopsis attribuée faussement à Athanase (PG, 28, 281-438). L'analyse de la tradition directe semble légitimer la conclusion selon laquelle la première branche de la tradition (H P O M) témoigne d'un stade du texte plus ancien, mais déjà fortement lacunaire par rapport à « l'original » ; la deuxième branche (N R L) serait intervenue pour combler les lacunes produites dans le temps, en ayant recours aux matériaux disponibles : la Synopsis du Ps. Athanase en premier lieu ; ensuite, les Vitae Prophetarum. L'article énonce les interventions sur le textus uulgatus qui s'imposeront au moment de la constitutio textus.

Guillaume BONNET, Remmius Palémon et la catégorie des adjectifs : le sens de la leçon partio dans le texte de l'Ars de Charisius
Le texte admis par les éditeurs de Charisius, p. 146, 29 et 147, 1 B, partio, est présenté comme un vulgarisme. Nous proposons de le comprendre comme une création terminologique délibérée, dans un texte qui remonte peut-être à Palémon. Dégageant pour la première fois nettement la classe des adjectifs, le grammairien lui confère un nom autonome, qualitas, et la constitue en partio, désignant par ce faux avatar de partitio (en fait, un dérivé en -io) une classe intermédiaire entre la pars orationis et les sous-catégories traditionnelles auxquelles il n'assimile pas les adjectifs.

Michel CASEVITZ, Δουλέκδουλος. Sur une injure et certains composés nominaux
À partir d'un fragment de Diodore de Sicile (X, 1) où apparaît le surcomposé δουλέκδουλος, on examine les quelque quarante composés de δοῦλος, dont certains sont employés tôt, dans la langue des Tragiques notamment. Beaucoup de ces composés sont en fait des injures.

Kathryn GUTZWILLER, Apelles and the Painting of Language
Art historical anecdotes and literary ecphrases offer evidence that Apelles consciously addressed, in both his technical writings and his painting, the paradoxical nature of art as a silent presence activated by the linguistic paradigms employed by viewers. The ecphrastic tradition preserving Apelles' theoretical analysis of his painting is discussed in three sections, each examining different aspects of the interrelationship of the verbal and the visual: Herodas' Mimiambus 4 on realism and truth, Lucian's Calumny on allegory and falseness, and a series of ecphrases and anecdotes on verbal reaction to the corporality of paint as a means of reifying Apelles' Aphrodite Anadyomene as a living goddess.

Bernadette MORIN, L'inscription d'Ion au patrimoine mythique d'Athènes
L'action de l'Ion d'Euripide se dénoue grâce à l'introduction, dans l'espace théâtral, de la corbeille d'exposition du héros. Loin d'avoir cantonné cet objet de naissance à une fonction d'accessoire scénique, le dramaturge en a fait un objet emblématique de sa tragédie. En effet parce que dans son tressage la corbeille rassemble les données constitutives du héros et concentre les thèmes à l'œuvre dans le drame, elle symbolise l'existence d'Ion ; par son ouverture au terme du drame, elle se fait la métaphore de la révélation apportée par la tragédie : la découverte de l'ascendance apollinienne du héros. Dans ce drame qui met en spectacle un mythe nouveau, Euripide révèle son habileté d'homme de théâtre.

Giampiero SCAFOGLIO, La via per l'immortalità. Un'interpretazione dell'Inno omerico ad Afrodite
The Homeric Hymn to Aphrodite seems to be an hymn sui generis for the peculiarity of the mythological tale and for the apparent lack of didactic purpose. It dials with the complex and delicate problem of immortality, tries to find an answer to this issue (as also Homer and Pindar do, each in his own way) and comes to an original solution.

John SCHEID et Paul VEYNE, Proprius (Virgile, Ecl. VII, 31 ; Aen. VII, 331)
Dans Virg., Ecl. VII, 31 et Aen. VII, 331, le terme proprius doit être traduit par « si cela te convient » et « approprié », comme dans les documents sacerdotaux et chez Plaute.

Gilles VAN HEEMS, Nombre, chiffre, lettre : formes et réformes des notations chiffrées de l'étrusque
L'article se propose d'examiner deux types de notation « anormale » des séquences numérales en étrusque. La première est représentée par les graphies de type XIIIX, XIIX et XIX, au lieu des formations régulièrement attendues XVII, XVIII et XVIIII, et est due à une influence de la forme linguistique des numéraux étrusques des séries '17, 18, 19', '27, 28, 29', etc. Le corpus des inscriptions funéraires de Tarquinia et Volterra, où abondent les notations numérales, permet un encadrement chronologique satisfaisant de cette réforme graphique. On s'intéresse ensuite aux notations en toutes lettres de séquences numérales dans l'épigraphie étrusque : pourquoi, dans certaines épitaphes, l'âge du défunt est-il donné en lettres plutôt qu'en chiffres ? Un examen attentif de la répartition de ces notations en toutes lettres doublé d'une étude prosopographique des titulaires d'inscriptions où les séquences numérales sont rédigées en lettres permet de conclure que le succès de ces notations, qui restent minoritaires et « hors norme », s'explique par les connotations de prestige qui s'attachent à l'emploi des lettres par rapport aux chiffres.

Consulter la table des matières

Francesca Prometea BARONE - Pour une édition critique de la Synopsis Scripturae Sacrae du Pseudo-Jean Chrysostome
Guillaume BONNET - Remmius Palémon et la catégorie des adjectifs : le sens de la leçon partio dans le texte de l'Ars de Charisius
Michel CASEVITZ - Δουλέκδουλος. Sur une injure et certains composés nominaux
Kathryn GUTZWILLER - Apelles and the Painting of Language
Bernadette MORIN - L'inscription d'Ion au patrimoine mythique d'Athènes
Giampiero SCAFOGLIO - La via per l'immortalità. Un'interpretazione dell'Inno omerico ad Afrodite
John SCHEID et Paul VEYNE - Proprius (Virgile, Ecl. VII, 31 ; Aen. VII, 331)
Gilles VAN HEEMS - Nombre, chiffre, lettre : formes et réformes des notations chiffrées de l'étrusque