Essais sur la signification au cinéma

Essais sur la signification au cinéma
English version

Livre expédié sous 24h ouvrées
Pour retrouver vos livres favoris

Présentation

Les Essais sur la signification au cinéma de Christian Metz (1931-1993) constituent un ouvrage fondamental de l'histoire de la réflexion sur le cinématographe,
La première partie (1968) marque une première étape dans l'effort de Christian Metz pour fonder une approche sémiologique du fait-cinéma : il signe alors la première rencontre entre des modes de pensées inspirés de la linguistique moderne et la tradition esthétique des réflexions sur la notion de « langage cinématographique ».
La deuxième partie (1972) complète ces analyses et en rappelle les prémices. Une première section, formée d'articles antérieurs à 1968, donc en amont de l'entreprise de l'auteur, montre comment cette démarche nouvelle, aujourd'hui encore trop (et trop mal) connue sous le nom de « sémiologie », s'articule étroitement et de manière particulièrement originale sur les acquis antérieurs de la réflexion cinématographique.
Dans une seconde section, l'on voit se dessiner, à travers un jeu d'avancées et de retours autocritiques, de continuations et de changements de route, les linéaments de cette « seconde sémiologie » à quoi l'auteur s'est attaché par la suite (dépassement, non reniement), et qui s'inscrira plus tard dans Le signifiant imaginaire (1977).

Biographies Contributeurs

Christian METZ

Linguiste, helléniste, germaniste, traducteur, professeur, spécialiste du jazz, théoricien du cinéma.

Consulter la table des matières

Essais sur la signification au cinéma
Présentation

Section I
Approches phénoménologiques du film
À propos de l'impression de réalité au Cinéma
Remarques pour une phénoménologie du Narratif

Section II
Problèmes de sémiologie du cinéma
Le cinéma : langue ou langage ? 4
Une époque du cinéma : le « montage-roi »
L'esprit manipulateur
De la « ciné-langue » au cinéma-langage
Un langage sans langue ; la narrativité du film
La ciné-langue et les vraies langues : Le paradoxe du cinéma parlant
Un état, une étape : Essai de jugement sur la « ciné-langue  »
Une notion-gigogne : la spécificité cinématographique
Cinéma et linguistique
Le discours imagé par rapport à la langue ; le problème de la
« syntaxe » cinématographique
L'intellection filmique 
Cinéma et littérature. Le problème de l'expressivité filmique
Cinéma et trans-linguistique. Les grandes unités signifiantes
Conclusion
Quelques points de sémiologie du cinéma
Cinéma et narrativité
Études de dénotation et études de connotation en sémiologie du cinéma
Paradigmatique et syntagmatique
Un exemple : le syntagme alternant
Autres problèmes
Pour servir de conclusion…
Problèmes de dénotation dans le film de fiction
La signification cinématographique est toujours plus ou moins motivée, jamais arbitraire
Portée et limites de la notion d'analogie
Le cinéma comme tel n'a rien en lui qui corresponde à la double articulation des langues
La « grammaire » du Cinéma est-elle une rhétorique ou une grammaire ?
La grande syntagmatique de la bande-images
Rapports entre la grande syntagmatique et la notion de « mon-
tage » cinématographique
Remarque sur l'évolution diachronique des codes cinématographiques
« Logique naturelle » et codification conventionnelle dans les agencements filmiques
Syntagmatique et paradigmatique dans la « grammaire du film »
La position respective des « grands éléments » et des « petits éléments » par rapport à la définition d'un système signifiant proprement cinématographique
Film et diégèse. Sémiologie du cinéma et sémiologie du récit
Conclusion

Section III
L'analyse syntagmatique de la bande-images
Tableau des « segments autonomes » du film Adieu Philippine,
de Jacques Rozier
Étude syntagmatique du film Adieu Philippine, de Jacques Rozier
Section IV

Le cinéma « moderne » : quelques problèmes théoriques
Le cinéma moderne et la narrativité
La construction « en abyme » dans Huit et demi, de Fellini
Le dire et le dit au cinéma : vers le déclin d'un Vraisemblable ?
Le film et ses trois censures
Le vraisemblable (Première approche)
Le Vraisemblable cinématographique
Contenu et expression. Forme et substance
Les possibles du réel et les possibles du discours
Vraisemblable relatif. Vraisemblable absolu ?
Deuxième définition du Vraisemblable
Le Vraisemblable et le « Nouveau Cinéma »

Essais sur la signification au cinéma II
Présentation

Section I
Sur la théorie classique du cinéma
Une étape dans la réflexion sur le cinéma
Problèmes actuels de théorie du cinéma
Le cinéma moderne
Les images subjectives
La parole dans le film
La musique de film
La couleur dans le film
Les films proprement « audio-visuels »
Rejet progressif de la formule théâtrale au cinéma
Cinéma et théâtre
Cinéma et roman
Métaphore, symbole, langage
Conclusion

Section II

Sur divers problèmes sémiologiques
Montage et discours dans le film
Propositions méthodologiques pour l'analyse du film
Ponctuations et démarcations dans le film de diégèse
Le film discontinu
Le film continu
Ponctuation « obligatoire », ponctuation « facultative »
Sur quelques cas particuliers
La coupe franche
À propos de la notion de « transition »
Ponctuation / démarcation
Le démarcatif et le culminatif
Le « montage sec »
Signes ponctuatifs, ou emplois ponctuatifs des signes
Le fondu et l'enchaîné

Section III
L'avant et l'après de l'analogie
Images et pédagogie
Au-delà de l'analogie, l'image
La connotation, de nouveau
Trucage et cinéma
La notion de bandes-images
Trucages et signaux syntaxiques
Taxèmes et exposants
Trucages profilmiques et trucages cinématographiques
Trucages imperceptibles, trucages invisibles, trucages visibles
Le trucage comme machination avouée
Le trucage comme processus de diégétisation
Trucages et marques rhétoriques (retour) : fluidité des frontières
Le déni de perception au cinéma
Du trucage de cinéma au cinéma comme trucage
Conclusion. Le cinéma, dans quelle histoire ? 
Section IV

Sémiologie du sémiologue
Raymond Bellour/Christian Metz : Entretien sur la sémiologie
du cinéma
Références des parutions initiales
Index