La Révolution surréaliste

La Révolution surréaliste
La Révolution surréaliste

Un livre précieux et stimulant

(Dissidences)

Livre expédié sous 24h ouvrées
Epub à télécharger
Pour retrouver vos livres favoris

Présentation

De tous les livres que Louis Janover a consacrés au surréalisme, La révolution surréaliste apparaît tel un livre-phare, celui qui éclaire l'événement surréaliste et le fait rayonner, en souvenir de ces jeunes révoltés qui rêvaient de mettre l'histoire à l'envers. Thèse à contre-pente : cette révolution est un phénomène social-historique total. Or, nos contemporains, devenus incapables de percevoir le phénomène dans sa profondeur, n'accueillent le surréalisme que par ses effets, la marque dont il imprègne notre culture. D'où la tendance stérile qui réduit l'événement surréaliste à l'apparition d'un nouveau mouvement littéraire et à une révolution limitée au seul champ esthétique.

C'est pourquoi Louis Janover rejette ces réductions qui sont autant de domestications et d'occultations. Dans un prologue inédit, « Le surréalisme à la recherche des pas perdus », il se donne pour objet la révolution surréaliste retrouvée, prise dans un entrelacs entre deux impératifs : selon André Breton, celui de Marx — transformer le monde — et celui de Rimbaud — changer la vie. Noyau insécable qui se tient au cœur de la révolution surréaliste, mais qui s'est malencontreusement dissocié lorsqu'on est passé de la révolution à la subversion, à ce qu'on appelle couramment « le surréalisme ». Quand certaines et certains ont prétendu changer « leur » vie sans transformer le monde.

On mesure ici l'importance de la démarche de Louis Janover. Il ouvre le chemin, non de la conservation, mais de la réactivation, la révolution surréaliste ressuscitée — là où le recommencement se métamorphose soudain en Commencement.

Biographies Contributeurs

Louis JANOVER

Louis Janover, né en 1937, est essayiste, traducteur et éditeur. Il est considéré comme un « intellectuel de l'ultra-gauche » française. En 1956, il signe avec le groupe surréaliste Hongrie, soleil levant, tract de soutien à l'insurrection de Budapest. Membre du groupe Spartacus (1961-1963), il signe le « Manifeste des 121 » en 1961, article mettant en cause la Déclaration sur le droit à l'insoumission dans la guerre d'Algérie. À la suite de la dissolution du groupe Spartacus, il crée et dirige de 1963 à 1969 la revue Front Noir. Farouchement opposée aux théories situationnistes, celle-ci publie quelques textes de penseurs issus du communisme de conseils, et se propose de développer une critique radicale du concept d'avant-garde. Proche de Maximilien Rubel, il a été codirecteur de la revue Études de marxologie. Il a récemment publié Surréalisme et situationnistes. Au rendez-vous des avant-gardes (Sens&Tonka, 2013) et Notes pour servir à l'histoire de la Commune de Paris (Éditions Libertalia, 2016).

Consulter la table des matières

Le surréalisme à la recherche des pas perdus
Avant-propos 

Des barbares dans la cité
I. Les dadaïsmes

1. Dada à Zurich
2. Berlin conquiert Dada
3. Dada à l'assaut de « Littérature »
4. « Littérature » exclut Dada

II. Les révolutions du surréalisme
Le surréalisme se fait au quotidien
Le surréalisme se fait « du dedans de l'esprit »
Le surréalisme se fait en politique
Le surréalisme ne se fait pas en politique
Le surréalisme se fait art


« Société, tout est rétabli…»
Il était une fois la révolution surréaliste 


Correspondance L. Janover-P. Naville 
1916-1936 : Points de repère chronologiques
Notices biographiques
Orientations bibliographiques
Index des noms