Le Mythe bolchevik

Journal 1920-1922

Le Mythe bolchevik
Le Mythe bolchevik

Voilà un livre qui est bien plus qu'une simple vision historique de la révolution russe.

(Le Monde libertaire)

Préface de : Miguel ABENSOUR, Louis JANOVER
Traduit par : Pascale HAAS

Livre expédié sous 24h ouvrées
Epub à télécharger
Pour retrouver vos livres favoris

Présentation

L'auteur de ce Journal, sans doute « le seul à avoir été tenu en Russie durant ces années mémorables (1920-1922) », n'est ni un réactionnaire, ni un conservateur, ni un libéral, mais un révolutionnaire communiste anarchiste, un enthousiaste de la Révolution. Comme il l'écrit, Octobre 1917 a été pour lui le plus grand événement de sa vie, le moment inouï où toutes ses aspirations à l'émancipation humaine étaient soudain susceptibles de s'accomplir, d'être enfin satisfaites. D'où la question : comment, par quelles voies un enthousiaste de la révolution de 1917 a-t-il pu écrire un livre qui a pour titre : Le Mythe bolchevik, et pour visée une démystification informée et impitoyable de cet événement qui a constitué jusqu'en 1989 un des piliers de notre monde, de notre horizon historique ? C'est qu'en dépit de son enthousiasme pour Octobre, Alexandre Berkman n'accepta pas davantage une soumission sans réserve au bolchevisme. Il choisit le rôle de collaborateur et d'observateur critique qui, au fil des mois et des événements, se transforma peu à peu en une position plus en retrait, celle d'un guetteur averti, inquiet, soucieux de percevoir le ou les moments où l'événement révolutionnaire s'exposait à basculer soudain en son contraire, quand une forme d'opposition à la révolution naît de l'intérieur de la Révolution (Karl Korsch).

Historiquement, la particularité du bolchevisme est d'être contemporain de la forme institutionnelle inédite qui le nie, à savoir les Soviets contre l'État qui prétend à tort s'identifier à la Révolution. Le journal de Berkman fait apparaître le sans-précédent du bolchevisme : comment la contrerévolution s'exerce contre une inventivité révolutionnaire nouvelle, les conseils d'ouvriers et de paysans, et à Cronstadt, en 1921, le Comité révolutionnaire de marins et de soldats, écrasé au moment même où l'on célébrait l'anniversaire de la Commune de Paris.

Voilà pourquoi le livre que vous tenez entre les mains est exceptionnel. Il porte, au-delà d'Octobre, une autre vision de l'histoire du vingtième siècle et, du même coup, une autre appréhension du présent.

Presse

Un document unique.
Valeurs actuelles - 28/03/2018

Biographies Contributeurs

Alexander BERKMAN

Alexander Berkman n'est ni un révolutionnaire ni un anarchiste de salon. Né en 1870 en Lituanie, il émigra à 17 ans aux États-Unis où il milita très vite dans les rangs des anarchistes. Partisan de la « propagande par le fait », il tenta en 1892 de supprimer un pilier du capitalisme américain, Henry Cleveland Frick, briseur de grèves. Il fut condamné pour cela à 22 ans de prison. Remis en liberté en 1906, il reprit ses activités anarchistes, notamment dans la presse. En 1919, il partit en Union soviétique avec Emma Goldman et d'autres militants socialistes et anarchistes. Après avoir écrit que face à la Révolution triomphante il avait connu le jour le plus sublime de sa vie, il apprit, au cours de ses deux années de séjour, à décrypter le système bolchévique et à y percevoir un  nouvel instrument de domination bureaucratique. Il consacra peu après une brochure sur la rébellion de Kronstadt dans laquelle il dénonce la répression bolchévique et affirme sa rupture avec le marxisme de parti ou d'État. Il mourut en exil à Nice en 1936.

Louis JANOVER

Louis Janover, né en 1937, est essayiste, traducteur et éditeur. Il est considéré comme un « intellectuel de l'ultra-gauche » française. En 1956, il signe avec le groupe surréaliste Hongrie, soleil levant, tract de soutien à l'insurrection de Budapest. Membre du groupe Spartacus (1961-1963), il signe le « Manifeste des 121 » en 1961, article mettant en cause la Déclaration sur le droit à l'insoumission dans la guerre d'Algérie. À la suite de la dissolution du groupe Spartacus, il crée et dirige de 1963 à 1969 la revue Front Noir. Farouchement opposée aux théories situationnistes, celle-ci publie quelques textes de penseurs issus du communisme de conseils, et se propose de développer une critique radicale du concept d'avant-garde. Proche de Maximilien Rubel, il a été codirecteur de la revue Études de marxologie. Il a récemment publié Surréalisme et situationnistes. Au rendez-vous des avant-gardes (Sens&Tonka, 2013) et Notes pour servir à l'histoire de la Commune de Paris (Éditions Libertalia, 2016).

Consulter la table des matières

Préface de M. Abensour et L. Janover
Préface de L'auteur

Chapitre 1. JournaL de Bord du Buford
Chapitre 2. Sur le sol soviétique
Chapitre 3. à Petrograd
Chapitre 4. Moscou
Chapitre 5. La Maison d'hôtes
Chapitre 6. Tchitcherine et Karakhan
Chapitre 7. Le Marché
Chapitre 8. à La Moskkommune
Chapitre 9. LE Club de la Tverskaïa
Chapitre 10. Une visite chez Piotr Kropotkine
Chapitre 11. Activités bolchéviques
Chapitre 12. Choses vues
Chapitre 13. Lénine
Chapitre 14. à la frontière Lettone
Chapitre 15. Retour à Petrograd
Chapitre 16. Les Maisons de repos pour ouvriers
Chapitre 17. Le 1er Mai
Chapitre 18. La délégation Travailliste britannique
Chapitre 19. L'Esprit du fanatisme
Chapitre 20. D'autres gens
Chapitre 21. En route pour l'Ukraine
Chapitre 22. Premiers jours à Kharkov
Chapitre 23. Dans les institutions soviétiques
Chapitre 24. Yossif l'émigrant
Chapitre 25. Nestor Makhno
Chapitre 26. Prison et camp de concentration
Chapitre 27. Plus au sud
Chapitre 28. Fastov, la ville des Pogroms
Chapitre 29. Kiev
Chapitre 30. Dans d'autres milieux
Chapitre 31. La Tcheka
Chapitre 32. Choses vues et vécues à Odessa
Chapitre 33. Les obscurs
Chapitre 34. Un procès bolchévique
Chapitre 35. Retour à Petrograd
Chapitre 36. Dans l'extrême nord
Chapitre 37. Les premiers jours de 1921
Chapitre 38. Kronstadt
Chapitre 39. Les derniers maillons de la chaîne

La déception

En guise d'explication
Préface
Les enseignements du "Mythe Bolchévik".
I. Mes attitudes et réactions personnelles
II. La dicature communiste et la révolution russe

Extrait