Écriture et désécriture du texte poétique

De Maurice Scève à Saint-John Perse

Écriture et désécriture du texte poétique
  • 160 pages
  • Livre broché
  • 13.5 x 21.5 cm
  • Parution :
  • CLIL : 4027
  • EAN13 : 9782707812704
  • Code distributeur : 22967
  • Export ONIX 3.0

Livre expédié sous 24h ouvrées
Pour retrouver vos livres favoris

Présentation

Le poème, qu'il obéisse à des règles strictes ou qu'il s'affranchisse de toute "loi d'écriture", reste irréductible à la prose, dans sa forme, dans sa transmission d'un sens ou dans sa construction. Le poème d'apparence le plus libre (comme l'épopée) est toujours pris dans les limites du genre. Comment composer dans ce cadre, souple certes, mais impossible à détruire?
Alfred Glauser passe ici en revue différents "types poétiques" (de Maurice Scève à Saint-John Perse) en montrant, dans chaque cas, les rapports de l'auteur aux problèmes du nombre, du rythme, du sens et de l'acte d'écrire. L'histoire de la poésie se présente alors comme l'histoire d'une lutte avec les notions de "fragments", de "brisures", de "continuité", de "silence" enfin. Deux catégories (aux frontières floues) de poètes peuvent être repérées, les "affirmateurs" et les "négateurs" : "Nous avons choisi, explique Alfred Glauser, parmi de nombreux poètes, ceux qui nous donneraient des exemples de poèmes qui s'écrivent, dont la démarche est positive dans les limites d'un poème : Scève, Ronsard, La Fontaine; comme exemple de poèmes qui se désagrègent s'imposent un certain Verlaine et Laforgue."
Mais aucun poète, en fin de compte, ne semble pouvoir échapper au fait presque vital que toute affirmation enveloppe une part, même minime, de destruction, et qu'à l'inverse toute entreprise de destruction porte en elle une affirmation - ne serait-ce celle de l'entreprise elle-même.

Consulter la table des matières

Introduction

Chapitre I. "Souffrir non souffrir" : formule de l'écriture scèvienne

Chapitre II. Ronsard ou la volonté d'écrire

Chapitre III. La Fontaine ou la clarté apparente

Chapitre IV. Verlaine ou la chanson sans paroles

Chapitre V. Mallarmé ou le faune-poète/ Claudel ou le chant du chant

Chapitre VI. Laforgue ou le texte négatif

Chapitre VII. Saint-John Perse ou le texte du texte

Conclusion

Notice bibliographique