La Délie de Maurice Scève

Une œuvre d'Évangile

La Délie de Maurice Scève
  • 72 pages
  • Livre broché
  • 18.5 x 25.5 cm
  • Parution :
  • CLIL : 4027
  • EAN13 : 9782707811349
  • Export ONIX 3.0

Livre expédié sous 24h ouvrées
Pour retrouver vos livres favoris

Présentation

Délie objet de plus haute vertu est une œuvre d'une rare beauté et d'une grande difficulté d'interprétation. Elle comprend deux composantes : un texte poétique et une suite de cinquante emblèmes qui illustrent le texte en dégageant les éléments d'une haute spiritualité très utile au critique pour l'établissement d'un plan. C'est ainsi que le premier emblème (la femme et la licorne) prend une importance capitale car il nous montre symboliquement le mystère de l'incarnation du Verbe dans le sein de Notre Dame. Délie prend ainsi l'image transparente de la Vierge Mère du Christ. Ce seront donc les plus hautes vertus d'une Dame vue à travers le visage de la Vierge que le poète tentera d'égaler. Il ne réussira pas tout seul, et il n'y parviendra qu'avec l'aide de Dieu. C'est ainsi qu'il clamera son échec à la fin de la première période de la Délie illustrée par l'emblème du Basilic (mon regard par toi me tue). Courageusement le poète marquera un sursaut (Voyant mon cas, de moi je m'épouvante) et il repartira pour une deuxième période qui est celle de l'ascèse purificatrice. Malgré tous ses efforts notre héros n'arrivera pas à maîtriser les «flammes ardentes» de son amour et la deuxième période se terminera par un échec apparemment définitif et mortel (Le Tombeau et les Chandeliers : après la mort ma guerre encore me suit). C'est alors qu'apparaît le coup de théâtre qui nous dévoile le secret et une partie du mystère de la Délie. Après les déchirements de l'échec nous assistons à une transfiguration du poète recevant un appel de Dieu. Revenant à la rigueur de sa foi il découvrira son salut dans l'espérance, une des deux premières vertus théologale. Il reconnaîtra l'unicité de l'Amour humain et de l'Amour divin. Il n'y a qu'un seul Amour, et il n'y a qu'un seul Dieu, seul dispensateur de la paix dans l'Espérance de la vie éternelle. Notre Genièvre ainsi donc vivra Non offensé d'aucun mortel létharge. Sans les reflets ensoleillés du diamant de l'Espérance, la Délie ne serait plus qu’un beau violon sans âme. P.A.

Consulter la table des matières

Avant-Propos
De la dimension divine de l'amour scévien

Chapitre I : La sainteté d'un amour passionnel

Chapitre II : L'appel vers la lumière de l'esprit

Chapitre III : L'image transparente de la Vierge

Conclusion