Bertel Thorvaldsen

Sa vie et son oeuvre

Bertel Thorvaldsen
Bertel Thorvaldsen

Un exploit et un régal.

(Le Monde des Livres)

  • LXXIV + 526 pages
  • 16 Illustration(s) N&B
  • Livre broché
  • 15 x 21 cm
  • L'Esprit et Les Formes
  • N° dans la collection : 45
  • Parution :
  • CLIL : 3678
  • EAN13 : 9782252044834
  • Code distributeur : 66116
  • Export ONIX 3.0

Préface de : Henri Delaborde
Texte établi par : Eryck de Rubercy
Introduction de : Eryck de Rubercy

Livre expédié sous 24h ouvrées
Epub à télécharger
Pour retrouver vos livres favoris

Extrait Audio

Présentation

Le sculpteur danois Bertel Thorvaldsen (1770-1844) occupe une place remarquable dans l’histoire de la réception de l’art antique. On peut dire qu’il fut à la sculpture ce que David fut à la peinture, le meilleur des défenseurs du néo-classicisme dans la lignée de Winckelmann.
C’est à Rome, où il vécut près de quarante ans, qu’il réalisa la plupart de ses œuvres, en y recueillant l’hommage d’Antonio Canova. Devenu son grand rival, il s’en distingue par une application plus rigoureuse des canons de beauté propres à la statuaire antique. En témoigne son célèbre Jason et la toison d’or, qui le révèle au public en 1803 et le propulse au premier rang de la scène italienne et internationale.
L’ouvrage qu’Eugène Plon lui consacrera en 1867 est le plus complet. Jamais réédité depuis une seconde édition en 1874, il l’est, à l’occasion du 250e anniversaire de la naissance de Thorvaldsen, dans une version présentée et annotée par Eryck de Rubercy.
S’y ajoutent les textes sur Thorvaldsen des historiens d’art Henri Delaborde (1811-1899) et Sauveur Jacquemont (1837-1898) qu’accompagne la traduction inédite de textes d’auteurs allemands aussi essentiels que Friederike Brun, August Wilhelm Schlegel (lettre à Goethe), Wilhelm Waiblinger, Friedrich Hebbel et August Kestner.

Presse

Sa biographie de Thorvaldsen, publiée en 1867, reste aujourd’hui encore inégalée, la plus complète jamais écrite. La présente édition est munie d’un remarquable appareil critique, d'un catalogue des œuvres, et de plusieurs textes dus à des auteurs de l’époque. Un exploit et un régal.
Le Monde des Livres - 10/07/2020

Biographies Contributeurs

Eugène Plon

Eugène Plon, né le 11 juin 1836 et mort le 31 mars 1895, à qui son père confia en 1859 la direction de la maison d’édition qu’il avait fondée, s’associa en 1873 à son beau-frère Louis-Robert Nourrit et à Émile Perrin sous la dénomination E. Plon et Cie qui deviendra E. Plon, Nourrit et Cie en 1883. Nommé en 1877 au grade de chevalier de la Légion d’honneur, il devint président du Cercle de la Librairie (1884-1885) avant d’être promu officier par décret du 2 avril 1894. Féru d’art, membre de l’Académie royale des beaux-arts de Copenhague et chevalier de divers ordres scandinaves, il réserva une partie de son temps à l’étude de la sculpture en publiant en 1867, Thorvaldsen, sa vie et son œuvre qui s’impose alors comme l’ouvrage de référence sur le sculpteur, traduit en allemand, en italien et en anglais, avec deux éditions spéciales aux États-Unis – et réédité en 1874. Cette première biographie est suivie par celle qu’il consacra au Sculpteur danois Vilhelm Bissen (1870, rééditée en 1872), puis par deux autres ouvrages sur la sculpture italienne – Benvenuto Cellini orfèvre, médailleur, sculpteur : recherches sur sa vie, sur son œuvre et sur les pièces qui lui sont attribuées (1883) et Les Maîtres italiens au service de la maison d’Autriche. Leone Leoni, sculpteur de Charles-Quint, et Pompeo Leoni, sculpteur de Philippe II (1887), couronné par le prix Bordin de l’Académie des beaux-arts.

Eryck de Rubercy

Essayiste, critique littéraire, traducteur d’allemand (prix Nelly-Sachs 2004), Eryck de Rubercy est notamment l’auteur Des poètes et des arbres (2005) et l’éditeur chez Klincksieck des Aperçus sur l’art du jardin paysager (prix historique P. J. Redouté 2015) de Hermann von Pückler-Muskau.

Consulter la table des matières

Bertel Thorvaldsen, statuaire de l’âme antique par Eryck de Rubercy
Note sur l’établissement des textes
Remerciements
Thorvaldsen par Henri Delaborde


THORVALDSEN, sa vie et son œuvre

par Eugène Plon

PREMIÈRE PARTIE. VIE DE THORVALDSEN.

CHAPITRE PREMIER

Naissance de Thorvaldsen. — Dispositions naturelles de l’enfant pour la sculpture. — Ses études à l’Académie de Copenhague. — Ses premiers succès. — Départ pour l’Italie. — Voyage. — Arrivée à Rome.

CHAPITRE DEUXIÈME
Thorvaldsen devant les antiques. — Zoëga. — Difficultés pécuniaires. — État maladif. — Troubles politiques. — Thomas Hope et le Jason. — Anna-Maria. — Achille et Briséis. — Le baron Schubart. — Montenero.

CHAPITRE TROISIÈME
Le baron Wilhelm von Humboldt. — Rauch. — L’Adonis. — Les deux Hébé. — Le Triomphe d’Alexandre. — La grande-duchesse de Toscane. — La baronne Schubart. — Le Jour et la Nuit. — La Vénus. — Les marbres d’Égine. — Byron. — L’Espérance. — La princesse Bariatinskaja. — Le Mercure. — Les Trois Grâces.

CHAPITRE QUATRIÈME
Miss Mackenzie Seaforth. — Maladie de Thorvaldsen. — Séjour à Albano. — Rétablissement. — Excursion à Naples. — Mademoiselle Fanny Caspers. — Ruptures. — Départ pour le Danemark.

CHAPITRE CINQUIÈME
Le lion de Lucerne. — Réception par l’Académie de Copenhague. — L’église de Notre-Dame. — Voyage en Allemagne. — L’empereur Alexandre. — Monuments de Copernic, du prince Poniatowski, du prince Potocki. — Retour à Rome.

CHAPITRE SIXIÈME
Le prince royal de Danemark. — Le prince Louis de Bavière. — Le Christ et les Apôtres. — Le Sermon de saint Jean. — Consalvi. — Pie VII — Cabale de 1’intolérance. — Léon XII. — Thorvaldsen président de l’Académie de Saint-Luc.

CHAPITRE SEPTIÈME
Vives attaques à propos du tombeau d’Appiani. — Monuments du prince von Schwarzenberg et du duc de Leuchtenberg. — Le roi de Bavière à Rome. — La grande-duchesse Hélène. — Marie-Louise. — Buste de Napoléon. — Médailles dérobées à la collection de Thorvaldsen. — Voyage à Munich. — Bartolini.

CHAPITRE HUITIÈME
Horace Vernet. — Mendelssohn. — Troubles à Rome. — L’atelier et le jardin de Thorvaldsen. — La société romaine. — L’histoire de l’Amour. — Monument de Byron. — Walter Scott. — Adonis. — La statue de Maximilien Ier. — Monuments de Gutenberg et de Schiller. — Départ de Vernet. — Le choléra. — Thorvaldsen retourne en Danemark.

CHAPITRE NEUVIÈME
Arrivée de Thorvaldsen à Copenhague. — Les Danois fêtent son retour avec enthousiasme. — Il s’installe au palais de Charlottenborg. — L’église de Notre-Dame. — Parcimonie et générosité du vieillard. — Thiele.

CHAPITRE DIXIÈME
Le baron Stampe et sa famille. — Thorvaldsen à Nysø. — Son atelier à Stampeborg. — La statue du maître modelée par lui-même. — Entrée de Jésus à Jérusalem. — Chemin du Calvaire. — Le poète Andersen. — Thorvaldsen grand-croix du Danebrog. — Le roi Christian VIII. — Statue de Christian IV. — Wilkens.

CHAPITRE ONZIÈME
Départ pour Rome. — Réceptions à Berlin, à Dresde, à Leipzig, à Francfort, à Mayence, à Stuttgart. — Fête donnée à Munich. — La Société des hommes sans gêne. — Visite au roi Louis de Bavière. — Séjour à Rome. — Retour en Danemark. — L’artiste et son Musée. — Le Génie de la sculpture. — Mort de Thorvaldsen. — Ses funérailles


SECONDE PARTIE. ŒUVRE DE THORVALDSEN

CHAPITRE PREMIER
Influence de l’école française, depuis l’époque de Louis XIV, sur le mouvement des arts en Danemark. — L’Académie des beaux-arts de Copenhague. — Du mouvement de rénovation, dirigé par Winckelmann, en Italie.

CHAPITRE DEUXIÈME
Les théories de Winckelmann et Thorvaldsen. — Les figures de force : Jason, Mercure, Vulcain, Hercule. — Les figures de jeunesse : Bacchus, Ganymède, l’Amour, Apollon, Adonis. — Les figures de déesses : Vénus, les Trois Grâces, Psyché, Hébé. — La statue de la Jeune Danseuse et celle de l’Espérance. — Les Éginètes.

CHAPITRE TROISIÈME
Les bas-reliefs héroïques et mythologiques. — Les sujets anacréontiques. — La Bergère au nid d’Amours. — Les Quatre Âges de la vie.

CHAPITRE QUATRIÈME
Thorvaldsen sculpteur chrétien. — Le Christ et les Douze Apôtres. — Les frises religieuses. — Le fronton de l’église de Notre-Dame de Copenhague. — Les monuments funèbres.

CHAPITRE CINQUIÈME
Rapidité de conception de l’artiste. — Il est sévère pour ses œuvres. — Fougue du premier mouvement tempérée par la réflexion. — Génie créateur. — Canova. — Bartolini. — Erreur de madame de Staël. — Le génie Scandinave de Thorvaldsen applique les principes de l’art grec.


LE MUSÉE THORVALDSEN ET L’ÉGLISE NOTRE-DAME DE COPENHAGUE

L’œuvre antique de Thorvaldsen par Sauveur Jacquemont
L’œuvre moderne et religieuse de Thorvaldsen par Sauveur Jacquemont

APPENDICES
CATALOGUE DE L’ŒUVRE
DE THORVALDSEN

Extrait