L'Art religieux du XIIIe siècle en France

Étude sur l'iconographie du Moyen Âge et sur ses sources d'inspiration

L'Art religieux du XIIIe siècle en France
L'Art religieux du XIIIe siècle en France
  • 736 pages
  • 37 Planche(s) couleurs, 190 Illustration(s) N&B
  • Livre broché
  • 13.5 x 20 cm
  • Les mondes de l'art
  • N° dans la collection : 16
  • Parution :
  • CLIL : 3669
  • EAN13 : 9782252045251
  • Code distributeur : 67948
  • Export ONIX 3.0

Préface de : Roland Recht

Livre expédié sous 24h ouvrées
Epub à télécharger
Pour retrouver vos livres favoris

Présentation

La parution de L’Art religieux du XIIIe siècle, en 1898, a constitué un tournant décisif à la fois dans l’histoire de l’art et dans les études médiévales. Émile Mâle (1862-1954) y proposait en effet une méthode alors très nouvelle, fondée sur la mise en relation du langage des formes avec leurs sources d’inspiration. Partant de l’idée que le christianisme du Moyen Âge a conçu l’art comme une « prédication muette », c’est-à-dire comme une traduction des vérités de la foi, il entreprend de mettre systématiquement en rapport l’iconographie et les grands textes (scripturaires, exégétiques, théologiques, hagiographiques, etc.) qui lui ont servi de programme.
Émile Mâle construit lui-même son ouvrage sur un modèle médiéval, le Speculum Majus de Vincent de Beauvais († 1264), sorte d’encyclopédie du savoir de l’époque commandée par Saint Louis. Il en reprend la division en quatre « Miroirs » (Miroirs de la nature, de la science, de l’histoire, de la morale), confrontant leurs thématiques avec les sculptures de Chartres ou d’Amiens, les vitraux de Bourges ou du Mans, ou encore les livres enluminés. Écrit avec talent, fourmillant d’informations, l’ouvrage constitue une magnifique synthèse de l’art du XIIIe siècle en France.

Ouvrage publié avec le soutien de la fondation Émile Mâle de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

Presse

La réédition du chef-d’œuvre d’Émile Mâle, merveilleusement illustré, nous prouve à quel point le Moyen-Âge est moins une époque qu’un état d’esprit.
Valeurs actuelles - 29/07/2021

Biographies Contributeurs

Roland Recht

Au cours de sa riche carrière, Roland Recht a été notamment directeur des musées de Strasbourg et professeur au Collège de France (2001-2012). Membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, il a principalement étudié l’architecture, la sculpture médiévale et l’historiographie de l’art, tout en manifestant un grand intérêt pour l’art contemporain.

Consulter la table des matières

Avant-propos par Roland Recht
Préface

Introduction

Chapitre I. — Les caractères généraux de l’iconographie du Moyen Âge
I. L’iconographie du Moyen Âge est une écriture
II. Elle est une arithmétique. Les nombres mystiques
III. Elle est une symbolique. – L’Art et la Liturgie

Chapitre II. — Méthode à suivre dans l’étude de l’iconographie du Moyen Âge. Les miroirs de Vincent de Beauvais


Livre premier. Le miroir de la nature
I. Le monde fut conçu par le Moyen Âge comme un symbole. — Origines de cette conception. La « Clef » de Méliton. — Les Bestiaires
II. Les animaux représentés dans la cathédrale ont parfois un sens symbolique. — Les quatre animaux évangéliques. — Le vitrail de Lyon ; la frise de Strasbourg. — Influence d’Honorius d’Autun ; rôle des Bestiaires
III. Exagérations de l’école symbolique. — Il ne faut pas chercher partout des symboles. La faune et la flore dans l’art du XIIIe siècle. — Les gargouilles ; les monstres


Livre II. Le miroir de la science

I. Le travail et la science ont leur rôle dans l’œuvre de la Rédemption. — Le travail manuel. — Représentation des travaux de chaque mois ; calendriers illustrés
II. La Science ; le trivium et le quadrivium. — Les sept Arts dans le livre de Martianus Capella. — Influence du livre de Martianus Capella sur la littérature du Moyen Âge et sur l’art
III. Représentations figurées de la Philosophie. — Influence de Boèce
IV. Conclusion. — La destinée humaine. — La route de Fortune


Livre III. Le miroir moral

I. Représentations des Vices et des Vertus dans l’art du Moyen Âge. — La Psychomachie de Prudence et son influence
II. La représentation des Vices et des Vertus affecte des formes nouvelles au XIIIe siècle. Les douze Vertus et les douzes Vices à Notre-Dame de Paris, à Chartres, à Amiens
III. La vie active et la vie contemplative : statues de Chartres


Livre IV. Le miroir historique


Chapitre premier. L’Ancien Testament
I. L’Ancien Testament considéré comme une figure du Nouveau. – Origines de l’interprétation symbolique de la Bible. – Les Pères d’Alexandrie. – Saint Hilaire. – Saint Ambroise. – Saint Augustin. – Le Moyen Âge. – La Glose ordinaire
II. Les figures de l’Ancien Testament dans l’art du Moyen Âge. – Figures se rapportant à Jésus-Christ. – Vitraux symboliques de Bourges, de Chartres, du Mans, de Tours
III. Figures de l’Ancien Testament se rapportant à la Vierge. – Le portail de Laon. – Influence d’Honorius d’Autun
IV. Les patriarches et les rois. – Leur rôle symbolique
V. Les Prophètes. – Efforts de l’art du Moyen Âge pour représenter les prophéties
VI. L’arbre de Jessé. – Les rois de Juda à la façade de Notre-Dame de Paris, d’Amiens, de Chartres
VII. La procession des prophètes
VIII. Résumé. – Les médaillons symboliques des vitraux de Suger à Saint-Denis. – Les statues du portail nord de Chartres

Chapitre II. Les Évangiles
I. Toutes les scènes de la vie de Jésus-Christ n’ont pas été représentées au Moyen Âge. Pourquoi ? – Les artistes ne représentent que le cycle des fêtes. – Influence de la Liturgie. – Cycle de Noël et cycle de Pâques
II. Interprétations symboliques du Nouveau Testament. – Représentations symboliques de la naissance de Jésus-Christ. – De la Crucifixion. – Des deux Adam. – De la Résurrection. – Des noces de Cana
III. Les paraboles. – Paraboles des Vierges sages et du Bon Samaritain. – Leur signification symbolique. – Les paraboles du Mauvais Riche et de l’Enfant Prodigue

Chapitre III. Les traditions légendaires sur l’Ancien et le Nouveau Testament
I. Traditions apocryphes relatives à l’Ancien Testament. – La mort de Caïn
II. Traditions apocryphes relatives au Nouveau Testament. – Évangile de l’Enfance. – Évangile de Nicodème
III. Traits apocryphes se rapportant à l’Enfance de Jésus-Christ. – Le bœuf et l’âne. – Les sages-femmes. – Les Mages et leur voyage. – Miracles de Jésus enfant en Égypte
IV. Traits apocryphes se rapportant à la vie publique de Jésus. – Les Noces de Cana
V. Traits apocryphes se rapportant à la Passion et à la Résurrection de Jésus-Christ. – Légendes sur la croix. – La Descente aux Limbes. – Les apparitions
VI. Certains détails traditionnels qui se remarquent dans les œuvres d’art viennent-ils des livres apocryphes ? – Les traditions d’atelier. – Y eut-il au XIIIe siècle un Guide de la Peinture ?
VII. Traditions apocryphes relatives à la Vierge. – Le culte de la Vierge au XIIIe siècle. – La Naissance de la Vierge. – Sainte Anne et saint Joachim. – Le mariage de la Vierge. – Détails d’origine apocryphe dans la scène de l’Annonciation. – Mort, Funérailles et Couronnement de la Vierge
VIII. Les Miracles de la Vierge. – L’histoire de Théophile. – Le De gloria martyrum de Grégoire de Tours. Explication de plusieurs vitraux du Mans

Chapitre IV. — Les saints et la Légende dorée
I. Les saints. – Place qu’ils tiennent dans la vie des hommes du Moyen Âge
II. La Légende dorée. – Son caractère. – Son charme
III. Comment les artistes interprétèrent la Légende dorée. – Effort pour exprimer la sainteté
IV. Les caractéristiques des saints. – Emblèmes, attributs. – Réaction de l’art sur la Légende
V. Les caractéristiques des saints et les corporations ouvrières. – Les saints patrons
VI. Quels saints le Moyen Âge a-t-il représentés de préférence ? – Les Apôtres. – Leur histoire apocryphe le pseudo-Abdias. – Attributs des Apôtres
VII. Les saints locaux
VIII. Les saints adoptés par la chrétienté tout entière
IX. Influence des reliques sur le choix des saints
X. Saints choisis par les donateurs. – Les corporations
XI. Influence des pèlerinages sur le choix des saints. – Saint Jacques, saint Nicolas, saint Martin

Chapitre V. — L’AntiquitéL’Histoire profane
I. L’Antiquité. – Les grands hommes de l’Antiquité rarement représentés dans la cathédrale. – Aristote et Campaspe. – Virgile dans sa corbeille. – L’Antiquité tout entière symbolisée par la Sibylle. – Le XIIIe siècle n’a représenté que la Sibylle Érythrée. – Pourquoi ?
II. Les mythes antiques interprétés symboliquement. – Ovide moralisé
III. L’histoire de France. – Les rois de France. – Leurs images sont moins fréquentes qu’on ne pensait. – Erreur de Montfaucon.
IV. Les grandes scènes de l’histoire de France. – Le baptême de Clovis. – L’histoire de Charlemagne (vitrail de Chartres). – Les Croisades. – La vie de saint Louis

Chapitre VI. — La fin de l’histoire – L’Apocalypse – Le Jugement dernier
I. L’Apocalypse. – Comment les artistes s’en inspirent. – L’Apocalypse espagnole et l’Apocalypse anglo-normande. – Influence de cette dernière
II. Le Jugement dernier. – Les Sources. – Importance de l’Elucidarium d’Honorius d’Autun. – Les signes précurseurs. – L’Apparition de Jésus-Christ. – La Résurrection des morts. – Le Jugement. – Saint Michel et sa balance. – L’Enfer. – La gueule de Léviathan. – Les élus
III. L’éternité bienheureuse. – Les Béatitudes de l’âme. – Les Béatitudes du portail nord de Chartres représentées d’après saint Anselme. – Fin de l’histoire


Conclusion
I. Physionomie de chacune de nos grandes cathédrales
II. L’ordonnance des sujets a été réglée par le clergé. – Les artistes sont les interprètes dociles de la pensée de l’Église. – Erreur de Viollet-le-Duc. – Les artistes laïques ne sont pas des révoltés.
III. La cathédrale œuvre de foi et d’amour

Appendice
Liste des principales œuvres consacrées à la vie de Jésus-Christ
Index bibliographique
Index des œuvres d’art citées dans cet ouvrage
Table des illustrations

Extrait