Le Monstre dans l'art occidental

Un problème d'esthétique

Le Monstre dans l'art occidental
  • 470 pages
  • Bibliographie
  • Livre broché
  • 13.5 x 21 cm
  • 113 illustrations
  • Collection d'esthétique
  • Parution :
  • CLIL : 3080
  • EAN13 : 9782252034262
  • Code distributeur : 24005
  • Export ONIX 3.0
English version

Livre expédié sous 24h ouvrées
Pour retrouver vos livres favoris

Présentation

Les centaures, les cyclopes, les sirènes, les dragons, les griffons, les sphinges, des êtres hybrides, les diables disparates, des formes fluides et molles, des nains, des géants, des plantes animalisées errent en peinture et en sculpture. Ils s'agitent, agressent, parfois se calment. Chez Bosch, chez Breughel, chez Goya, dans les églises romanes et gothiques, dans les jardins de Versailles, dans les bandes dessinées et les caricatures, des monstres multiples se transforment. Ils se déplacent d'une époque à l'autre, d'un pays à l'autre. On les trouve déjà sur les parois des grottes préhistoriques et sur les tee-shirts d'aujourd'hui. Parfois, ils hurlent et, parfois, ils murmurent et se déguisent. L'humanité ne cesse jamais d'aimer les monstres et elle les trouve en des lieux différents, souvent imprévisibles.
La fabrication du monstre constitue d'abord un jeu savant, une pratique combinatoire qui compose et mélange des membres d'animaux divers. Les monstres sont parfois ornementaux et décoratifs. Parfois, ils provoquent des interprétations éthiques, religieuses, alchimiques, philosophiques, politiques. Simultanément, ils fascinent ceux qui les regardent; ils séduisent; ils angoissent. Le monstrueux est un écart par rapport à la nature. Il se nourrit de fantasmes; et, en retour, il nourrit d'autres fantasmes nouveaux.

Presse

"Que l'humanité fabrique des monstres et qu'elle les aime au plus haut point, l'art ne cesse d'en donner la preuve depuis les grottes préhistoriques aux images de synthèse d'aujourd'hui. Le monstrueux est un écart par rapport à la nature, un jeu qui nourrit les fantasmes et peut occuper le plus sérieusement du monde philosophes, théologiens ou politiques. Réédition d'un ouvrage paru en 1973."
Libération - 08/07/2004

"Pourquoi dessine-t-on, peint-on un monstre ? Comment le fabrique-t-on ? A quoi sert-il ? Quel est son rapport avec la morale, la politique, la philosophie et la religion ? Peut-être désigne-t-il "ce que nous ne voulons pas ou ne pouvons pas reconnaître en nous, ce qui ne peut être vécu par nous comme ce qui nous nie : le néant que nous portons en nous". Paru en 1973 et enfin réédité. Un livre toujours aussi neuf."
La Croix - 23/09/2004

Biographies Contributeurs

Gilbert LASCAULT

Professeur émérite de philosophie de l'art à l'université Panthéon-Sorbonne (Paris I), il est écrivain et critique d'art. Il publie des ouvrages d'esthétique, des monographies (Max Ernst, Botero, Christian Jaccard, Malaval...), des récits de fiction. Un livre collectif est consacré à ses écrits : François Coblence et coll., Les Fables du visible et l'esthétique fictionnelle de Gilbert Lascault (Bruxelles, La Lettre volée, 2003)..