Les Déesses absentes

Vérité et simulacre dans l'œuvre de Gérard de Nerval

Les Déesses absentes

Introduction de : Max MILNER

Livre expédié sous 24h ouvrées
Pour retrouver vos livres favoris

Présentation

Les déesses absentes : en tête d'un essai sur Nerval, un titre semblable évoque immanquablement la figure de la mère de l'écrivain. Pourtant, le pluriel indique que ce n'est pas seulement à la mère que fait allusion pareil intitulé. La formule, au singulier cette fois, appartient à l'auteur lui-même : au cours d'une promenade à Ermenonville, près de l'endroit où fut enterré Rousseau, le narrateur d'Angélique aperçoit « le temple de marbre d'une déesse absente, — qui doit être la Vérité ». Autant que le fantôme de la mère, l'ombre de cette déesse absente plane sur l'œuvre nervalienne. Des récits comme Les Faux Saulniers, le Voyage en Orient ou Les Illuminés (qui constituent le versant moins étudié des œuvres de Nerval) ont mis en question les valeurs qui étaient celles de la France du XIXe siècle.
Le présent essai s'attache à éclairer les causes et les caractères du scepticisme nervalien, au risque d'apporter quelques retouches à l'image consacrée du « doux Gérard ». L'ouvrage examine aussi comment l'œuvre nervalienne passe d'une « déesse absente » à l'autre — de la vérité insaisissable à la mère disparue.

Presse

"Gérard de Nerval est un maître de l'écriture autobiographique, de l'écriture du temps et de l'écriture du souvenir. Il a réussi à faire passer dans la langue les mécanismes subtils par lequels la mémoire influence notre comportement quotidien. Il est de plus l'un des fondateurs du "surnaturalisme",  mythe selon lequel le poète voit au-delà des choses et parle le langage de Dieu ou des dieux. Michel Brix." Caroline Hallé
L'actu - 31/08/2004

Biographies Contributeurs

Michel BRIX

Maître de recherches à l'université de Namur (Belgique), il a consacré plusieurs ouvrages aux écrivains romantiques français.

Max MILNER

Professeur émérite à l'Université Paris III-Sorbonne nouvelle (en 2004).