Traités chinois de peinture et de calligraphie. Tome 1

Les textes fondateurs (des Han aux Sui)

Traités chinois de peinture et de calligraphie. Tome 1
  • 436 pages
  • Bibliographie, Index
  • Livre broché
  • 14.8 x 21 cm
  • 54 illustrations
  • L'Esprit et Les Formes
  • Parution :
  • CLIL : 3080
  • EAN13 : 9782252034507
  • Code distributeur : 25018
  • Export ONIX 3.0

Traduit par : Yolaine ESCANDE

Livre expédié sous 24h ouvrées
Pour retrouver vos livres favoris

Présentation

Les traités sur l'art constituent en Chine une part considérable de l'art littéraire et de la philosophie. La « peinture » chinoise se définit en priorité par la présence du coup de pinceau et par sa proximité avec l'art de l'écriture. C'est pourquoi les deux arts, peinture et calligraphie, sont présentés de façon parallèle.
Le présent ouvrage donne accès aux anecdotes tirées d'ouvrages canoniques qui servent perpétuellement de références aux artistes chinois et il propose, pour la première fois en français, la traduction intégrale de plus de trente traités picturaux et calligraphiques fondateurs, du début de notre ère à la première réunification de l'empire au VIe siècle.
Les thèmes picturaux concernent essentiellement les portraits, mais les premiers traités sur la peinture de paysage apparaissent dès le IVe siècle. La théorie picturale s'inspire des traités sur l'art de l'écriture qui hiérarchisent non pas les œuvres mais les artistes. Les « six règles de la peinture » sont établies, qui gardent encore de nos jours une importance primordiale.

Presse

"Quelque austère qu'il puisse paraître avec ses pages dévorées par les notes, ce livre est fascinant. S'il ne se lit pas d'un trait, il est de ceux dont on sait que l'on va devoir souvent les rouvrir. C'est que sa foisonnante érudition qui en fait une référence pour tout chercheur comme pour tout "amateur", loin de provoquer un respect pétrifié et confit, entraîne à la rêverie, au songe." Pascal Bonafoux
Le Magazine Littéraire février 2004

"La lecture de ces traités permet de réaliser que le "beau" n'est pas une catégorie opératoire et que l'esthétique en tant que science du beau n'existe pas dans l'art chinois. Loin de se situer dans la gestuelle ou dans l'expression, l'activité artistique tient avant tout de l'attitude spirituelle de son auteur". Yolaine Escande
La Marseillaise - 14/03/2004

Biographies Contributeurs

Yolaine ESCANDE

Sinologue, Yolaine Escande est spécialisée dans les arts graphiques chinois, calligraphie et peinture. Directrice de recherche au CNRS/ÉHESS, au Centre de recherches sur les arts et le langage (CRAL, Paris), elle est aussi chargée de cours d'esthétique chinoise aux facultés jésuites de Paris et de théorie de l'art chinois à l'École d'architecture de Paris-la Villette.