SEPTEMBRE

Léonard de Vinci

Kenneth Clark

Léonard de Vinci

Considéré comme un classique par les historiens de l’art, le Léonard de Vinci de Kenneth Clark fut publié en 1939. Certes, d’autres points de vue ont depuis été développés à propos de cet artiste hors normes, mais l’ouvrage n’a rien perdu de son intérêt ni de son originalité.

MAI

Jeudi 16 mai à 19h

AGENDA

Jeudi 16 mai à 19h

Stéphanie de Courtois, Marie-Ange Maillet et Eryck de Rubercy présentent leur ouvrage L'Esthétique du jardin paysager allemand au Goethe Institute.

Entrée libre | Modération de Victor Claass.
 

AVRIL

Faucon

Helen MacDonald

Faucon

Les faucons sont les animaux les plus rapides du monde. Sujets de fascination depuis des millénaires, ils comptent parmi les plus beaux et les plus envoûtants prédateurs du règne animal. 

Dans cet ouvrage, Helen Macdonald explore les mythes et légendes des faucons, la passion pour la fauconnerie, l’histoire naturelle de l’espèce, et bien plus.

MARS

Vertes demeures

William Henry Hudson

Vertes demeures

En plein cœur de l’Amazonie, au bord du fleuve Orénoque, s’étend un bois mystérieux hanté par un chant mélodieux, dont on ne sait s’il s’échappe du gosier d’un oiseau ou de la gorge d’une femme.

Prix Baudelaire de la traduction 1982, Vertes Demeures narre une idylle qui débute dans le Paradis terrestre et s’achève dans les flammes de l’Enfer vert.

Louis David : son école et son temps

Étienne-Jean Delécluze

Louis David : son école et son temps

Entré à seize ans dans l’atelier de David, Étienne-Jean Delécluze (1781-1863) nous offre avec ce livre de souvenirs un document exceptionnel sur l’enseignement du maître et sur sa personnalité. 
De ses classes sortiront de grands artistes comme Gros, Girodet ou Ingres, dont la carrière est ici retracée.

JANVIER

Pourquoi l'Art anglais est-il anglais ?

Nikolaus Pevsner

Pourquoi l'Art anglais est-il anglais ?

L’art anglais est-il spécifique ? Et s’il l’est, comment définir ses particularités ? C’est à ces questions que Nikolaus Pevsner s’est proposé de répondre dans un célèbre essai paru en 1956, The Englishness of English Art, traduit ici pour la première fois.